Feu le monde bourgeois

Ce roman écrit en 1966 nous plonge dans l’Afrique du Sud des années 60. Liz Van den Sandts apprend le suicide de Max, son ex-mari. Une partie de l’histoire va revenir sur le parcours de ce fils de famille, tenté par le communisme, qui a milité pour l’égalité raciale avant de trahir ses compagnons.

Le roman évoque les prémices de l’ANC et la fin d’un monde, ça date un peu et cela a perdu de son acuité mais il reste une belle description de Liz, de ses rapports difficiles avec son fils Bobo et ou sa grand-mère sénile.

Je m’aperçois que c’est le premier livre de Nadine Gordimer dont je parle ici. Je n’ai pas lu grand chose, malgré son prix Nobel mais j’ai retrouvé dans ce livre le ton doux-amer de ses nouvelles, avec une critique parfois violente des blancs sud-africains.

Nadine Gordimer – Feu le monde bourgeois, traduit par Pierre Boyer 10/18 1994

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *