Bruckner le philosophe

L’Express consacre un (petit) article au dernier livre de Pascal Bruckner : Le paradoxe amoureux.

En gros, cela se veut le pendant, version 2009, du Nouveau désordre amoureux,  livre qui avait été écrit avec Finkelkraut dans les années 80.

Je n’ai pas lu et la critique ne donne pas vraiment envie : style brillant et banalité des propos.

Une citation pour achever l’article : « Sous le string de la pétasse, il y a toujours un coeur qui bat ».
Commentaire inutile du journaliste (Ph Chevallier) : « Vraiment à cette hauteur ? »