La place

En recherchant ce que j’avais publié sur Annie Ernaux dans ce blog, je m’aperçois que j’ai déjà dû lire ce livre. Pourtant, je n’en ai aucun souvenir et sa lecture ne m’a rien évoqué.

La Place raconte la vie de son père mais avec une telle distance que ce roman n’a aucune émotion, aucune tendresse envers le personnage. Fils de paysan, son père est devenu ouvrier puis a pris un petit commerce. C’est un homme simple et discret raconté par des petits riens. Sa fille fait des études, devient bourgeoise et, comme son nouveau monde, dédaigne son père.

Le récit est tellement distancié qu’on dirait qu’elle a honte de ces souvenirs, de cette ascendance. Il me semble que ses autres livres faisaient montre d’un peu plus de sensibilité, à défaut d’empathie.

Annie Ernaux – La place – Gallimard 1983

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *