Les filles au lion

J’ai bien aimé et beaucoup fait lire Miniaturiste, roman historique assez original ; ce nouveau roman de Jessie Burton confirme son savoir-faire.

Une partie du roman se déroule dans les années 60. Odelle Bastien, originaire des Antilles anglaises, vit à Londres depuis quelques années, confrontée au racisme des Anglais ; elle se rêve écrivain mais végète en vendant des chaussures. Son destin va basculer avec son embauche comme dactylo à la galerie Skelton où Marjorie Quick la pousse à écrire. Lorsque son ami Lawrie présente le tableau qu’il a hérité de sa mère, les recherches sur le peintre font évoluer la relation avec Quick.

En alternance et en écho avec la période londonienne, le roman raconte la genèse de ce tableau, dans l’Andalousie de 1936 où les Schloss, le père est marchand d’art, louent une villa. Isaac Roblès et sa sœur Teresa vont s’immiscer dans cette famille et devenir intimes avec Olive Schloss, jeune fille de 19 ans, sur fond de prémisses de guerre civile et de peinture.

Ce roman mêle un fond historique, des histoires d’amour et de peinture. On reste un peu sur sa faim dans certains développements mais les descriptions de tableaux ou de paysages sont très réussies, les personnages et leurs péripéties crédibles, de quoi faire un bon roman détente qui se lâche difficilement car on envie de connaître la fin.

Jessie Burton – Les filles au lion, traduit par Jean Esch – Gallimard 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *