Taba-Taba

Taba-Taba est un souvenir d’enfance, c’est le nom donné à un aliéné accueilli au Lazaret, établissement psychiatrique dirigé par le père de l’auteur. Ce souvenir est le point de départ d’un roman familial autour du petit Deville et surtout des trois générations précédentes.

L’évocation de cette famille permet de raconter la vie de ses aïeux, l’exode de la seconde guerre mondiale et les périples du grand-père et la jeunesse de son père. Le roman raconte aussi le périple de l’auteur qui traverse la France pour découvrir les lieux qui ont marqué sa famille.

Ce double niveau de récit est encore complexifié par les nombreux voyages de Deville, en Asie ou en Amérique Latine ; je n’ai pas bien compris le but de ses périples. Ils semblent en partie expliqués par ses travaux mais sont aussi l’occasion de réflexions sur l’actualité ou de réminiscences de son histoire familiale. Toujours est-il que le bilan carbone de ce récit est très mauvais et la propension à donner les noms des diplomates rencontrés est vite lassante.

J’ai plutôt apprécié l’histoire, du moins la partie « roman familial », mais je reste mitigé sur ce livre un peu brouillon.

Patrick Deville – Taba-Taba – Seuil 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *