Expo 58

Jonathan Coe – Expo 58, traduit par Josée Kamoun – Gallimard 2014

Thomas Foley, fonctionnaire du British Council, est envoyé à Bruxelles pour s’occuper du pub qui doit animer le pavillon britannique de l’expo 58. Bien que jeune père de famille, il est plutôt content de quitter sa routine et sa vie familiale assez morne.

Il sympathise avec Anneke, une jolie hôtesse belge et noue des relations amicales internationales car le Britannia devient le point de rendez-vous incontournable. Mais en pleine guerre froide, on ne côtoie pas des Russes et des Américains impunément et Thomas se retrouve surveillé par des barbouzes aux airs de Dupond et Dupont.

Le brave Thomas est un beau naïf qui se fait allègrement manipuler. Le roman joue avec les codes des romans d’espionnage et notre Anglais un peu falot est pris dans un jeu de mensonges et d’illusions.

Une fois de plus Jonathan Coe nous offre un personnage qui est loin d’être un héros et qui subit son histoire. Ce roman, pastiche de roman de genre, est drôle et excellent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *