Chien galeux

Don Delillo – Chien galeux, traduit par Marianne Véron – Actes Sud 1993.

J’avais vu dans un article que Don Delillo est un des grands écrivains américains contemporains, comme Russel Banks, Cormac Mc Carthy. Ce livre patientait depuis longtemps dans mes étagères, mais je ne suis pas enthousiaste.

L’histoire tourne autour d’un film porno tourné dans le bunker d’Hitler qui affole un petit monde de collectionneurs. Delillo mêle dans cette histoire un antiquaire, un sénateur, un patron de barbouzes, un industriel du porno, des mafieux et une journaliste d’une revue gauchiste qui a frayé avec des terroristes.

C’est assez mal ficelé et sans grande logique ; ce roman aborde trop de thèmes à la fois, et qui trop embrasse… Il en ressort une critique pas trop méchante de la politique, de ses rapports avec les opérations occultes, une évocation très superficielle des mouvements radicaux… C’est décousu et assez convenu, cela n’a rien du « thriller politique « annoncé par la 4e de couv. .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *