Le sauveur

Jo Nesbø – Le sauveur, traduit par Alexis Fouillet – Gallimard Série noire 2007.

Le précédent roman terminait un cycle. Avoir un héros récurrent et réussir à se renouveler n’est pas à la portée de tous les auteurs, surtout en polar ; je dois avouer que Nesbo réussit à me surprendre à chaque volume et c’est un des intérêts de cette série.

Le tueur nous est présenté dès le début de l’histoire, c’est un jeune tueur à gages croate, formé à la guerre lors du siège de Vukovar. Les réminiscences de cette période viennent alimenter régulièrement ses réflexions et l’aide à prendre ses décisions.  En face, la victime est un jeune cadre de l’Armée du Salut, tué quelques jours avant Noël. Le roman prend le temps de nous faire rentrer dans les coulisses de l’organisation, de nous faire partager leurs efforts en faveur des déshérités. Et au milieu, Harry Hole qui tente désespérément de rester à jeun et qui est affublé d’un nouveau chef avec qui ça va forcément frotter un peu.

Les différentes pistes mènent à une impasse ; quand Harry a enfin un suspect, il lui file entre les doigts ; la chasse à l’homme ne se passe pas comme il faut et son collègue est tué… Malgré tout, notre inspecteur saura trouver la solution, décrypter les indices faibles et ne fera pas de cadeau. Enfin, pas celui que l’on attendait de lui ! et pour finir, Harry Hole va connaître le fin mot de l’histoire des trafics d’armes évoqués dans les livres précédents.

Ce roman peut se lire sans connaître la série, c’est un très bon thriller et j’aime toujours autant les ressorts psychologiques de ce personnage. Ses efforts pour être enfin aimable avec ses collègues, ratés à chaque fois sont assez drôles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *