Mucha au musée du Luxembourg

J’aime bien l’Art nouveau et cette expo Mucha nous plonge dans cette période mais permet de découvrir d’autres facettes de l’artiste.

Mucha – Autoportait 1899

Nous le découvrons compagnon d’atelier de Gauguin et la célébrité lui vient en 1894 avec l’affiche de Gismonda réalisée pour une pièce de Sarah Bernardt.

Sarah Bernardt est emballée et lui fera réaliser toutes ses affiches, aussi bien pir des tournées en Amérique. Mucha se crée un style d’affichiste avec des liges sinueuses, de jolies femmes et des motifs floraux. Il va faire une grosse carrière et vanter aussi bien des champagnes, le papier à cigarette Job, le charme de Monte-Carlo ou les biscuits Lu.

Détail de l’affiche Monte-Carlo, Disney n’aurait pas copié pour Blanche Neige ?

Toutes ses peintures ne sont pas commerciales, et j’aime bien la douceur qui s’en dégage. Il a réalisé pas mal de cycles décoratifs, sur les saisons, les arts assez intéressants. Il a aussi publié un recueil d’éléments décoratifs qui pouvaient être repris et décliné en décoration intérieure.

Une partie de l’expo montre son travail réalisé pour la décoration du pavillon de la Bosnie-Herzégovine lors de l’exposition universelle de 1900, la décoration d’une bijouterie et ses créations.

L’expo présente aussi quelques œuvres plus mystiques ou symboliques mais présente surtout les peintures nationalistes qu’il a réalisées.

Autoportrait

Russia Restituenda 1922

Alphonse Mucha jusqu’au 27 janvier 2019 au musée du Luxembourg, Paris
en savoir un peu plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *