Couleurs de l’incendie

Pierre Lemaitre – Couleurs de l’incendie – Albin Michel 2018.

Suite de Au revoir là-haut. Alors que les arnaques du premier volume étaient jubilatoires, la vengeance conçue dans ce roman parait un peu factice et pas très crédible. Certes, l’histoire de Monte-Christo, ou de  Mathias Sandorf qui en est une très bonne imitation, ne l’étaient sans pas plus ; mais ces romans étaient portés par une ampleur romanesque qui manque ici.

Le roman commence par la tentative de suicide de Paul le jour de l’enterrement de son grand-père, Marcel Péricourt. Madeleine hérite ; son indifférence fait des frustrés et des jaloux, et ces délaissés vont combiner sa ruine.
Déclassée, Madeleine met en place une machination pour se venger de tous ceux qui sont la cause de sa déchéance ou qui ont blessé son fils.
Sur cette trame, le roman ajoute des personnages et une trame secondaires liés au fiston, fou d’opéra.

Ce roman est tout à fait lisible, mais après Au revoir là-haut, il parait très faible, peu original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *