L’été des quatre rois

Camille Pascal – L’été des quatre rois – Plon 2018.

Ce gros roman historique nous plonge dans les détails de la chute de Charles X et de son remplacement par Louis-Philippe. Le roman dépasse le cadre des Trois Glorieuses (27, 28 et 19 juillet 1830) et se poursuit jusqu’à l’exil de Charles X.

Tout commence par la publication d’ordonnances de Charles X, poussé par son ministre Polignac, qui rétablissent une monarchie absolue. Le but est affaiblir l’opposition libérale mais la bourgeoisie et le peuple ne se laissent pas faire.

L’opposition est menée par différents protagonistes, libéraux, révolutionnaires, ou simplement monarchistes favorables à un changement. Il y le banquier Lafitte qui défend les intérêts de la finance, Thiers qui s’agite avec son journal, La Fayette qui se rêve en Washington…. En quelques jours, on va passer d’une révolte populaire à une tentative de Révolution et de rétablissement de la République soutenu par la Commune de Paris ; mais les forces financières et conservatrices vont reprendre les rênes et promouvoir un régime « libéral » mais royaliste.

Alors que la Cour est à Saint Cloud, Paris s’enflamme. Le maréchal Marmont est chargé de défendre Paris mais cet ancien bonapartiste se fait déborder par l’insurrection. L’entourage de Charles X est pitoyable, à commencer par son benêt de fils, le duc d’Angoulême. Charles X et son entourage s’enfuient à Rambouillet ; le roi finit par abdiquer en faveur de son petit-fils, duc de Bordeaux, alors même que le duc d’Orléans est sollicité pour être Lieutenant général du Royaume puis roi.

Le style est un peu « ancien régime » mais ce livre est passionnant. Les évènements sont relatés dans le détail au travers des actions des différents personnages, ce qui donne un rendu très vivant et agréable à lire. Le souvenir de la Révolution ou de l’Empire sont encore très présents, les différents protagonistes ont vécu ces périodes et se positionnent en fonction de leur passé.  Les portraits sont loin d’être flatteurs et Thiers, La Fayette ou la famille royale en prennent pour leur grade.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *