My absolute darling

Gabriel Tallent – My absolute darling, traduit par Laura Derajinski – Gallmeister 2018.

Attention, ce livre ne vous laissera pas indifférent ! Pour moi, cela a été un choc, du genre coup de poing à l’estomac, mais c’est un livre que je recommande.

L’histoire est terrible, la vie d’une adolescente sous la coupe de Martin, père envahissant, pervers narcissique et incestueux. Ce Martin, vaguement écolo qui se prépare à la fin du monde, dresse sa fille Julia à la survie et au maniement des armes. Ce roman est aussi un roman dans la grande tradition américaine du « nature writtting » et nous offre des descriptions époustouflantes, avec des noms de végétaux qui m’étaient inconnus.

Le portrait de Julia, surnommée Croquette par son père et qui veut qu’on l’appelle Turtle, est impressionnant. Toujours avec une ou plusieurs armes, elle est élevée dans une nature qui ne lui pas hostile, évite ses congénères et ne cherche pas à s’intégrer dans le système scolaire.

Deux événements bouleversent le déroulement des choses : la mort du grand-père qui perturbe tant Martin qu’il abandonne Turtle, et la rencontre avec Jacob, lycéen ouvert, joyeux et d’un monde tellement différent de celui de Turtle.
Le retour de Martin accompagné de Cayenne, une gamine recueillie (?) sur la route va pousser Turtle a se rebeller et à sortir de l’emprise de ce père abusif, ce qui est l’occasion d’une scène d’une grande violence mais menée de main de maître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *