Jean Bénac à la barre du Conseil de Guerre

Basile Ader – Jean Bénac à la barre du Conseil de guerre – 2018.

Procès qui s’est tenu devant le Conseil de Guerre de la 10e Division d’Infanterie du 5e Corps d’Armée, le 26 octobre 1914, à Clermont sur Argonne.

Cette petite pièce de théâtre est inspirée d’un procès réel, relaté dans une lettre par le jeune avocat à son père. Le sergent Jean Bénac, avocat encore stagiaire dans le civil, est convoqué pour la défense de 5 accusés qui risquent la peine de mort pour rébellion et désertion. Il y aurait eu plus de condamnés à mort en 1914 qu’en 1917, malgré les mutineries.

Le premier est un breton accusé d’avoir molesté son supérieur et refusé de mettre un pantalon taché de sang (le film Le Pantalon d’Yves Boisset raconte le même type d’histoire) ; suivent deux compères accusés de désertion pour avoir perdu leur  bataillon ;  un polonais (allemand) soupçonné d’espionnage et de pillage et un soldat épuisé qui a falsifié un billet de sortie.

Le ministère public veut des exemples, ne fait pas dans la dentelle et demande la mort systématiquement ; le jeune avocat se bat comme un beau diable pour démonter la faiblesse des dossiers, les enquêtes inexistantes, plaider selon les valeurs universelles, et sauve la plupart des têtes.

Ce texte court écrit par et pour des robins donne la part belle aux avocats mais n’est pas inintéressant. Il est surprenant de voir que le texte de cette pièce est publié sans dépôt légal ni mention d’éditeur ou de copyright, quoique édité par l’Ordre des Avocats de Paris…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *