SPQR

Mary Beard – SPQR, histoire de l’ancienne Rome, traduit par Simon Duran – Perrin 2016

SENATUS POPULUS QUE ROMANUS

Ce livre retrace l’histoire de Rome de sa création (le 21 avril 753, 3e année du 6e cycle des Jeux olympiques) à l’édit de de Caracalla en 212 qui accordait la citoyenneté romaine à tous les habitants de l’empire. Cette somme est très lisible et pédagogique, elle m’a permis de mieux comprendre le déroulé des événements, surtout la période des guerres civiles.
Surtout, j’ai apprécié que l’auteur donne très souvent le contexte de tel ou tel point et apporte ainsi un éclairage différent des légendes apprises au collège ou transmises par les auteurs classiques. Cet ouvrage analyse aussi les sources historiques par rapport au rôle politique des auteurs ou de leur période car ce sont souvent les vainqueurs qui écrivent l’histoire. Ainsi Octave, futur Auguste, est présenté comme le défenseur des vénérables traditions romaines contre la décadence et les excès orientaux de Pompée et Cléopâtre ; et on peut s’interroger sur le meurtre de l’empereur Caligula : fut-il assassiné par qu’il était un monstre ou a-t-on fait de lui un monstre justement parce qu’on l’avait assassiné ?

Le livre débute par la conjuration de Catilina racontée par Cicéron, et cet événement nous permet de remonter l’histoire de Rome. On s’aperçoit aussi que bien des thématiques qui font débat de nos jours ont été d’actualité à l’époque romaine :
« La ferme réaction de Cicéron -débouchant sur des exécutions sommaires- illustre dans sa forme la plus brutale une problématique qui continue, encore aujourd’hui, de nous troubler. Est-il légitime d’éliminer des « terroristes » en s’affranchissant du cadre légal ? Jusqu’où peut-on aller dans le sacrifice des libertés publiques au nom de la sécurité nationale ? Les Romains ne cessèrent jamais de débattre sur la « conjuration de Catilina », ainsi qu’ils finirent par la nommer. Catilina est-il un personnage totalement nuisible, ou bien y a-t-il quelque chose à dire pour sa défense ? À quel prix une révolution fut-elle écartée ? Les événements de l’an 63 et les slogans qui furent créés à cette occasion n’ont jamais cessé de résonner au cours de l’histoire occidentale. »

Le récit des origines, comme dans d’autres cultures, a été inventé pour justifier une situation contemporaine, et cette fabrique de légendes a continué avec l’empire pour justifier la légitimité des gouvernants. L’histoire de Rome commence par un crime fratricide, par des violences dignes des pires racailles (l’enlèvement, et sans doute le viol, des Sabines) et les guerres incessantes entre différentes tribus. Mary Beard explique que Rome qui projetait dans la figure de son fondateur les obsessions que lui causent l’apparent cycle interminable de conflit civil qu’elle vivait : « Les Romains ne reçurent pas en héritage, comme ils le supposaient, les préoccupations et les priorités de leur père fondateur. C’est plutôt l’inverse : au long de siècles d’adaptation et de réécriture du récit, ils créèrent et recréèrent eux-mêmes la figure fondatrice de Romulus, dont ils firent le symbole puissant des préférences, des débats, des idéologies et des angoisses qu’ils nourrissaient. »

Habituellement, les différents conflits qui précèdent l’empire sont souvent évoqués séparément, parfois dans le désordre ; l’un des intérêts de ce livre est redonner une chronologie claire, de relier les événements entre eux.
Avant les guerres civiles du 1er siècle que l’on étudie à l’école, en histoire ou en latin, un premier conflit au 4e siècle a marqué l’organisation de la société romaine : le conflit des ordres qui a abouti à ce que la plèbe prenne part au pouvoir.
Ensuite, une nouvelle période de troubles commence avec la réforme agraire de Tiberius Gracchus (-133) et la politique de Caius Gracchus qui met à disposition du peuple du blé à prix régulé, s’adresse au peuple plutôt qu’au Sénat et dont 3000 partisans seront tués après le décret du Sénat qui permet d’assurer le salut de l’Etat par tous les moyens possibles (-121) ; puis vient la guerre sociale (-90) qui étend la citoyenneté aux alliés (socii) de Rome, se continue par la guerre entre Marius et Sylla et amène celui-ci au pouvoir après avoir dirigé son armée contre Rome pour faire céder le Sénat (-88) puis être nommé dictateur (-83) et mener un régime de terreur et une politique conservatrice jusqu’à son abdication (-79). Pour suivre, la révolte de Spartacus matée par Crassus (-73-71) est un mélange de révolte d‘esclaves et de guerre civile car de nombreux paysans s’étaient joints aux gladiateurs.

Ces évènements qui ont fortement perturbé la stabilité du pouvoir favorisent la conjuration de Catilina (-63) et la prise de pouvoir pas très régulière du triumvirat Pompée, César et Crassus (-60) : grâce à un ensemble d’arrangements, d’actes de corruption et de menaces, les trois hommes se sont assurés que les mandats consulaires et les commandements militaires arrivent aux personnalités de leur choix et que les décisions soient prises dans leur sens.

Au bout de 10 ans, Pompée, qui a conquis des territoires autour de la Méditerranée, et César, qui a conquis la Gaule, s’affrontent (César, comme Sylla, engage ses légions contre Rome, c’est le fameux Rubicon) et leur rivalité étend la guerre civile au-delà du territoire romain.
César assassiné, un nouveau triumvirat s’impose avec Marc-Antoine, Octave et Lépine. Ils gagnent la bataille de Philippes (-42) contre les forces républicaines et leur alliance se terminera par une nouvelle guerre, gagnée par Octave à la bataille d’Actium (-31).
Octave (qui s’appelle plutôt Octavien) va prendre le pouvoir et devient Auguste à partir de -27. Il crée un nouveau régime modérément autocratique, fondé sur respect des citoyens, l’autorité de la loi et mécénat dans les arts et qui laisse un semblant d’autorité au Sénat. Toutefois, il n’hésite pas à condamner à mort des hommes de haut rang qui ont comploté contre lui ou ont couché avec sa fille Julia. Du fait des réformes radicales imposées par Auguste et ses successeurs, le pouvoir démocratique populaire s’étiole et le processus électoral est transféré au Sénat.

Le pouvoir se transmet d’abord au sein de la famille impériale, parfois très étendue, jusqu’à Vespasien qui fut choisi par l’armée. La transmission familiale cesse définitivement à partir de Nerva qui adopte quand même Trajan pour lui transmettre l’empire. Après Auguste, on compte 17 empereurs de 14 à 192 (assassinat de Commode) puis environ 70 dans les 100 ans qui suivirent.

Ce livre retrace une chronologie mais ce n’est qu’un de ses sujets, il s’intéresse aussi aux différents aspects de la vie à Rome, l’organisation administrative, militaire, sociale, la façon dont les Romains géraient les pays conquis, le mariage, le logement… C’est vraiment une mine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *