Lemmer l’invisible

Emma Le Roux embauche Lemmer comme garde du corps après s’être fait agresser. Elle part à la recherche d’un homme qui ressemble à son frère disparu et met beaucoup de réticences à raconter son histoire. Lemmer doute de sa sincérité mais tombe sous le charme. En même temps, son histoire personnelle l’a blindé et il évite de s’impliquer trop affectivement ; c’est un fantôme, un invisible, le garde du corps qui sait se faire discret…

L’homme qu’ils recherchent se cache, accusé d’avoir tué des trafiquants d’animaux. Lemmer et Emma vont se retrouver dans les réserves naturelles et découvrir différents personnages qui défendent les animaux et la nature. Ils vont se faire attaquer, Emma se retrouve dans le coma et Lemmer va se fâcher… et se révéler redoutable.

Sur une trame de polar, Deon Meyer nous montre une nouvelle fois une autre vision de l’Afrique du Sud et les séquelles de son histoire récente. Meyer est très critique envers les Afrikaners, leurs tics sociaux, leur comportement par rapport aux anglophones. Cette intrigue avec des activistes écologistes s’appuie aussi sur des trafics, des luttes de pouvoir et des barbouzeries.

Une fois de plus, j’ai trouvé que cet auteur est talentueux dans le récit, très bien mené, et dans tous les aspects humains que l’histoire englobe. Le personnage de Lemmer, taciturne et un peu sauvage, semble assez rébarbatif, mais se révèle très complexe. Tous les personnages bénéficient d’une approche psychologique assez élaborée qui fait que ce livre est un vrai bon roman, et pas seulement un polar distrayant.

Deon Meyer – Lemmer l’invisible, traduit par Estelle Roudet – Seuil 2008