Infrarouge

Nancy Huston est un écrivain étonnant : son style et son inspiration se renouvellent à chaque fois et elle nous offre toujours une nouvelle surprise.

Dans ce nouveau roman, le personnage central est Rena. Elle est d’origine canadienne, de Montréal, vit en France où elle exerce le métier de photographe. Elle se retrouve à Florence pour passer 8 jours avec son père et sa belle-mère. Nous sommes en 2005 et pendant ce temps, la banlieue parisienne va exploser à cause des évènements de Villiers-le-Bel.

Au travers de très courts chapitres, nous allons vivre plusieurs récits. Tout d’abord le voyage en lui même est assez catastrophique, ses parents sont vieux, fatiguent vite et ne s’intéressent pas à ce qu’elle voudrait. En même temps, son amant, qui travaille dans le même journal, la presse de rentrer pour couvrir les émeutes, et considère son refus comme une rupture. A ces péripéties, s’ajoutent les souvenirs et les fantasmes de Rena, et il y en a pas mal.

Du fait de la proximité avec son père, tout un tas de souvenirs remontent, et Nancy Huston nous distille tous les secrets et les blessures qui structurent Rena. Au début, j’ai été assez surpris et je ne m’attendais pas à un livre aussi cru de cet auteur, mais petit à petit tout prend une autre dimension et le passé du personnage éclaire ses actes.

Je suis complètement enthousiaste après avoir refermé le roman de Nancy Huston et, comme dans ses romans précédents, je me dis qu’il faut reprendre le début à la lumière de ce que l’on sait des personnages. Ce personnage de Rena, mais aussi ses parents, va m’accompagner pendant quelques temps, rendu bien vivant par le talent de son auteur.