C’est du cul…turel

Cette rentrée 2010 offre une drôle d’actualité culturelle, un peu décalée !

D’abord une expo du photographe Larry Clark qui fait parler d’elle pas tant par son contenu mais du fait qu’elle est interdite aux mineurs. Certaines photos sont assez explicites mais entrent dans le cadre d’un travail de plusieurs années autour des adolescents. Du coup cette expo est peu valorisée : on ne trouve même pas son affiche en ligne ! La Mairie de Paris l’a joué prudente, principe de précaution oblige, et l’a interdite aux mineurs pour ne pas risquer de problèmes, l’artiste n’est pas très content et Libération en a fait sa une ! Une alternative aurait été de mettre un avertissement et d’isoler les pièces qui pouvaient poser problème; mais cela imposait de séparer certaines oeuvres.
Plutôt que de l’interdire aux mineurs, il fallait peut-être l’interdire aux pédophiles…

Une deuxième expo photo, Chiottissime, se déroule en plein air à la Bastille sur un thème essentiel au bien-être. Ces photos sont d’artistes divers, et même de vedettes comme Doineau ou Ronis.

On peut découvrir l’ensemble de ces clichés dans le dossier de presse en ligne (dernières pages). Ce dossier est très complet et instructif, il parle même de la lecture dans ces lieux, magnifiée par un livre de Henri Miller Lire aux cabinets !

Les canadiens disent « bécosse » (dérivé de back house). J’ai été très étonné chez eux de trouver des toilettes publiques impeccables avec des tables à langer chez les hommes !

Enfin, un beau livre des éditions du Rouergue complète le tableau : « Braguettes, une histoire du vêtement et des moeurs » de Colette Gouvion et Khadiga Aglan.

Le terme a sans doute été créé par Rabelais. La forme, la mise en valeur ou non de la braguette en dit beaucoup sur les moeurs d’une époque : après une période plutôt exhibitionniste, de Brueghel à Bronzino, elle va disparaître dans les tableaux à la Réforme.  Le XVIIIe inventera la culotte à pont qui masque toute forme et le XIXe ajoutera des braguettes aux vêtements de nuit. Cette grande vague pudibonde se terminera avec les années 30 et l’avènement du jean !