Pionniers

Ce roman se passe en Arkansas à la fin de XIXe. C’est un roman de la Frontière et nous fait partager la vie de paysans, immigrants européens qui découvrent le travail de la terre en même temps que ce nouveau pays. C’est plus âpre que « La petite maison dans la prairie » mais ce n’en est pas si éloigné que cela.

Le personnage principal est Alexandra, l’aînée de la famille Bergson, qui se retrouve vite chef de famille au décès du père. La famille est suédoise et vit dans un village où la population est d’origine scandinave. Les immigrants se définissent par rapport à leur communauté : les suédois et norvégiens, le village français voisin, la famille bohémienne mais toutes ces populations s’intègrent dans le creuset pour devenir américaines.

Alexandra est un personnage solide, forte femme qui se sacrifie pour sa famille, sa mère et ses 3 frères. Elle a l’intuition de la terre qui lui permettra de guider ses frères et de faire prospérer leurs terres alors que la plupart de leurs voisins abandonnent.

Dans la seconde partie, tout le monde est bien installé et l’on découvre l’histoire d’amour malheureux d’Emil, le jeune frère, en parallèle au retour de Carl, l’ami d’enfance, l’amour parti et qui tarde à revenir.
C’est pas mal mené mais l’originalité du livre tient plus dans la description de la vie de ces pionniers et de leur évolution une fois la réussite arrivée.

Alexandra est la sœur d’Antonia, le personnage de « Mon Antonia » du même auteur ; là encore, il s’agit d’histoires de pionniers d’origine suédoise. Avec un siècle de distance, on retrouve encore cette ambiance et la même mentalité dans les nouvelles de Annie Proulx qui se passent en Iowa.

Willa Cather – Pionniers, traduit par Marc Chénetier – Ramsay 1987