Black Bazar

Ce livre me surprend et me désarçonne ! C’est très vivant et l’écriture de Mabanckou nous plonge dans un univers assez exotique.

Ce roman est le récit d’un immigré congolais (du petit Congo !) qui se retrouve abandonné par sa femme et qui se met à écrire. Le thème n’est pas super neuf, par contre le traitement est original.

Nous sommes plongés dans Paris entre Chateau Rouge et Chateau d’Eau et le héros fait partie des « sapeurs », membres de la « Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes ». Avec ses copains du Jip’s, le bistrot local, il est obsédé par la face B des femmes et il est connu sous le nom de Fessologue.

Ce roman raconte aussi, avec pas mal de dérision, les dictatures africaines, et certains aspects de la vie des immigrés à Paris, leurs réseaux et leurs rivalités.

J’ai déjà lu Mémoires de porc-épic et Verre brisé de cet auteur. Ce roman me confirme qu’il est vraiment inclassable : il mêle le burlesque et le tragique avec la puissance des grands romanciers, notamment sud-américains. En même temps, il a un style tout à fait personnel, on sent la magie du conteur et une bonne dose d’oralité : je n’ai pas l’impression d’avoir lu le roman mais qu’on m’a raconté une tranche de vie.

Alain Mabanckou – Black bazar – Le Seuil  2009

Une réflexion au sujet de « Black Bazar »

  1. un tout petit peu déçu par ce Mabanckou, je préférais les autres qui se passaient en Afrique, heureusement « Demain d’aurai 20 ans » retrouve la veine qui lui réussit
    en tout cas, Alain Mabanckou est un espoir de la littérature française.
    elle sera sauvée par les francophones (chez les Africains, Marie n’Diaye, Fatou Dimé, etc), pas les germanopratins qui se titillent le nombril

Les commentaires sont fermés.