France 1500

Cette exposition est consacrée à l’art sous les règnes de Charles VIII et Louis XII, passage entre le Moyen-Âge et la Renaissance et période de prospérité et de reconstruction après la Guerre de Cent ans.

La première partie, la plus intéressante, présente les différentes foyers artistiques liés à des commanditaires. Si Paris est important, le Bourbonnais a donné des chefs-d’oeuvre. Anne de France, fille de Louis XI, a épousé Pierre de Beaujeu, duc de Bourbon. C’est un couple puissant, elle sera régente pendant la minorité de Charles VIII, qui commandera de nombreuses œuvres. Ils feront décorer la chapelle de Chantelle avec des statues admirables. L’exposition présente une Madeleine et une Vierge à l’enfant superbes. On dirait que la soie de la robe de Madeleine est à peine froissée  !
Les Beaujeu ont aussi commandé des peintures. L’expo présente une série de Jean Hey absolument extraordinaire. Peintre flamand aussi connu sous le nom de Maître de Moulins, sa peinture évoque autant les flamands que la Renaissance italienne, avec des couleurs lumineuses et des visages d’une grande douceur.

Cette expo est superbe, très riche de peintures, sculptures et de quelques pièces de mobilier, dont un panneau rouennais qui est une vraie dentelle de bois. Quelques très belles tapisseries sont présentées, la période est au style Mille fleurs où les motifs se détachent sur fond fleuri ; celle de Narcisse est exceptionnelle : le décor de fleurs et d’animaux est beau, le rendu du reflet du jeune homme est superbe.

Cette période est aussi le passage du manuscrit à l’imprimé, les livres présentés ont tous comme point commun d’avoir des illustrations magnifiques, miniatures ou enluminures, avec les marges qui prennent de l’importance au fur et à mesure. Anne de Bretagne, épouse de ces 2 rois, a beaucoup favorisé la production de livres, plusieurs livres d’heures lui sont attribués. La BNF a mis à disposition quelques trésors.

J’ai passé beaucop plus de temps que je ne pensais à visiter tellement les pièces présentées sont belles et intéressantes. Cependant, une fois de plus, j’ai maudit les conservateurs : les œuvres se chevauchent presque, les livres sont présentés devant des peintures : il faut être près pour les uns et éloigné pour les autres, donc on est jamais dans les conditions optimales car il y a toujours quelqu’un devant et les cartels sont au sol ou cachés dans les coins, un peu plus grands que d’habitude peut-être mais illisibles si on n’a pas le nez dessus ! Messieurs les Conservateurs et concepteurs d’expo, venez donc quand il y a du monde, vous verrez le bazar !

France 1500, entre moyen-Âge et Renaissance – Galeries du Grand Palais jusqu’au 10 janvier 2011