Frères en guerre

Ce roman est la suite du « Diamant des moghols » qui racontait la création de la dynastie moghole. Nous voici avec la deuxième génération, les fils de Babur. L’aîné, Humayun, a été désigné comme successeur par Babur mais ses 3 demi-frères vont lui mener le vie dure.

Jeune et un peu dépassé par ses responsabilités, Humayun exile très vite ses frères qui complotent contre lui, il va se laisser aller au piège de l’opium et changer la vie de la cour au rythme de ses lubies. Conseillé par sa tante, il se reprend assez vite et il est prêt a affronter les dangers. Il envahit le Gujarat et met la main sur le trésor royal mais Sher Shah, son vassal du Bengale, se révolte et réclame le titre d’empereur. Après une première victoire, Humayun, se fait dépouiller de son empire par Sher Shah et va devoir fuir.

Il se réfugie d’abord à Lahore où il retrouve ses frères mais Kamzan, son demi-frère le trahit une nouvelle fois. La fuite recommence et Humayun va errer quelques années, accueilli par d’anciens alliés qui ne veulent pas se mouiller ou qui cherchent à le trahir. Au fur et à mesure, ses troupes diminuent mais quelques milliers de fidèles le suivent. Il perd le soutien de son demi-frère le plus proche, Hindal, en lui soufflant la belle Hamida dont il fait son épouse.

Il arrive enfin en Perse où il est accueilli par le Shah qui lui apporte son soutien et lui fournit un armée pour reconquérir son royaume de Kaboul. Au passage, il lui offre le fameux Koh-I-Nor et se convertit temporairement au Chiisme, ce que son père avait refusé. Aidé des troupes persanes, il reprend rapidement Kandahar à son frère Askari et s’attaque à Kaboul. Kamzan ayant pris son fils Akbar en otage, il hésite à lancer un assaut décisif et perd le soutien des persans. Hindal viendra l’aider, il reprend finalement Kaboul mais Kamzan a réussi à s’échapper. Il rejoint des tribus rebelles et empêche Humayun de se consacrer à son rêve, la reconquête de l’Hindoustan.

Finalement, au bout de quelques années, il vainc le rebelle et peut commencer sa campagne victorieuse, accompagné du jeune Akbar. Il meurt bêtement d’une chute 6 mois après sa victoire et la reconquête d’Agra.

Plus encore que le premier tome, ce livre est un véritable roman d’aventures. Le rythme est soutenu et le combat assez désespéré de ce roi fugitif est très bien raconté, très vivant avec des personnages attachants. Ce récit historique se déroule au début du XVIe siècle, on voit bien l’importance de l’artillerie mais aussi la plupart des combats restent des corps à corps très bien décrits.

Comme le premier tome, le livre est brillamment traduit (j’avais oublié de le préciser !).

Alex Rutherford – La montagne de lumière, tome 2 : Frères en guerre, traduit par Jacques Guiod – Pygmalion 2010