Le chat du rabbin

Sfar vient d’adapter au cinéma sa série de bandes dessinées « Le chat du rabbin », le résultat est très bon !

L’histoire commence à Alger dans les années 20 : le rabbin Sfar a un chat qui adore sa fille Zlabya. Lorsque le chat croque le perroquet de la maison, il se met à parler, et commence à dire des mensonges ou des vérités qu’il ferait mieux de taire ! Le rabbin le soupçonne d’avoir une mauvaise influence sur sa fille et cherche à l’éloigner ; le chat propose alors de passer sa bar-mitzva pour être un bon juif qui pourra côtoyer Zlabya !

Le chat perdra la parole en voulant aider son maître puis la retrouvera plus tard lors de leurs aventures. Il faut dire qu’un juif russe est débarqué chez eux et les entraîne dans une aventure au travers de l’Afrique à la recherche des falachas et de la Jerusalem noire.

Le scénario du film est différent de la série, il gomme certains passages, supprime ou donne moins d’importance à certains personnages, comme Malka des Lions, et en valorise d’autres, surtout le cheikh Sfar qui les accompagne tout au long de leur périple. Le dessin gagne en clarté et en lisibilité et les paysages sont magnifiques, surtout les panoramiques d’Alger. Je ne l’ai pas vu en 3D, mais ce n’est pas du tout génant.

Ce film parle de choses sérieuses, la religion, le racisme, tout en restant très drôle. Le rabbin débonnaire et à l’esprit large est confronté aux critiques du chat, au sectarisme des juifs ou des arabes, il s’en sort toujours en prônant la tolérance et le respect. Il est d’ailleurs sur la même longueur d’onde que le cheikh Sfar qui a le même discours pour les musulmans : les intégristes de deux bords sont tout autant critiqués et ridiculisés. L’antisémitisme algérois est bien évoqué et le colonialisme personnalisé par un journaliste belge désopilant (eh oui, celui avec une houpette et un chien !)

Bien que je ne sois pas fan de François Morel, je dois avouer que sa prestation vocale est particulièrement convaincante. Je n’ai pas l’impression d’avoir vu un dessin animé, mais bel et bien un bon film.

Le Chat du rabbin, film de Johan Sfar et Antoine Delesvaux – 2011