Little bird

J’ai abandonné quelque temps mes russes pour découvrir un bon bouquin qui se passe dans le Wyoming. Vous savez où c’est le Wyoming ? C’est l’Etat où se situe le parc de Yellowstone, quelque part au nord des grandes plaines ; pays quasiment pas peuplé, si ce n’est par quelques cow-boys, et qui sert de cadre à pas mal de nouvelles d’Annie Proulx.

Walt Longmire, shérif du comté d’Absaroka, n’est pas vraiment débordé. Veuf un peu apathique, il est plutôt désabusé et attend la retraite en gérant les affaires courantes. Quand un de ses adjoints découvre un cadavre, il croit d’abord que c’est une carcasse de mouton, mais il s’agit bien du corps d’un jeune homme qui a été impliqué dans le viol d’une jeune indienne. Tout va se corser lorsqu’un 2e garçon impliqué dans cette affaire est aussi abattu.

Le shérif est assisté d’une adjointe assez mal embouchée et de son ami cheyenne Henri Standing Bear. Ces héros sont sympathiques, avec leurs défauts et leur humour ; il sont complétés par quelques personnages bien campés et très vivants. Leurs répliques sont souvent drôles, j’ai pas mal ri, cela ne gâte rien.

L’histoire bien menée et l’enquête passionnante en font un bon polar. La force de ce livre est aussi dans l’évocation de la nature et des indiens. La séquence où Walt se bat dans le blizzard pour sauver son ami, soutenu par ses visions est assez extraordinaire. Ce n’est pas un polar sociologique à la Hillerman, mais Craig Johnson nous fait vraiment vivre les grands espaces et la nature.

Craig Johnson – Little bird, traduit par Sophie Aslanides – Gallmeister 2011