Le discours d’un roi

Un peu de retard pour voir ce film que je trouve excellent. C’est un des grands succès du début d’année, largement récompensé aux Oscars 2011 : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur et meilleur scénario original.

Albert, duc d’York et fils cadet du roi Georges V, souffre d’un énorme bégaiement qui l’handicape et les différents traitements n’ont rien donné. Il devient le roi Georges VI lorsque son frère abdique. Il évite les discours à la radio mais doit s’y résoudre lorsque l’Angleterre entre en guerre.

Sur un fond historique, c’est avant tout une aventure humaine qui est racontée. Le duc d’York est terrorisé par ce qu’il vit et l’avenir qui se dessine pour lui, il apparait comme fragile et complètement tyrannisé par son père et son frère. Sa femme l’emmène voir Lionel Logue, un orthophoniste australien peu orthodoxe qui le comprend, le soutient et l’aide à vaincre son bégaiement. Le roi peut alors prononcer un discours majeur et galvaniser son peuple !

L’orthophoniste casse les codes et impose une intimité qui rebute le duc d’York au début. Avec Logue, pas d’altesse, il appelle son patient Bertie, obtient petit à petit qu’il perce sa carapace et prenne confiance en lui. La bonne idée de ce film est que l’histoire est racontée au niveau des hommes : au-delà du traitement physique, le thérapeute intègre une sorte de psychothérapie qui rend le futur roi sympathique et touchant.

Film de Tom Hooper avec Colin Firth, Geoffrey Rush et Helena Bohman Carter – 2011