Trois femmes puissantes

Cela fait un moment que je tourne autour des livres de Marie Ndiaye dont l’oeuvre est régulièrement saluée par la critique. C’est même un des rares écrivains vivants qui a vu une pièce montée par la Comédie française.

Son dernier roman, Trois femmes puissantes, a aussi été accueilli très favorablement, et de façon unanime, à la rentrée 2009 puis couronné par le prix Goncourt.

Ce livre justapose 3 histoires, trois destins de femmes. La première, Norah, rejoint son père qui ne l’a jamais considérée et toujours préféré son fils ; la deuxième, Fanta, est racontée au travers des déboires de son compagnon, Rudy, garçon paumé qui l’a ramenée en France et la troisème, Khady Demba, est une jeune veuve sénégalaise que sa belle-famille envoie rejoindre Fanta, une cousine qui a réussi.

C’est superbement écrit, et il faut prendre le temps de relire certaines phrases. Toutefois, ce n’est pas un livre plaisant car ces histoires sont terribles. Le talent de Ndiaye réside sans doute dans cette manière de suggérer, sans juger, et les personnages sont suffisamment forts (puissants suggère le titre) pour nous accompagner une fois le livre refermé.

Marie Ndiaye – Trois femmes puissantes – Gallimard 2009