Salomé

Mon baptême à l’Opéra Bastille : Salomé de Richard Strauss ! Salomé est celle qui a demandé la tête de St Jean Baptiste à Hérode. Cette version est basée sur une nouvelle d’Oscar Wilde et mise en musique par Strauss.

Ionakaan est prisonnier d’Hérode, il prophétise et critique sévèrement Hérodias (Hérodiade), femme d’Hérode et mère de Salomé. Elle a épousé son beau-frère Hérode, ce qui est interdit, et Ionakaan lui prête une vie amoureuse très riche. Salomé le fait sortir de prison momentanément pour le rencontrer, elle en tombe amoureuse alors que Ionakaan la repousse.

Hérode, très concupiscent envers sa belle-fille, lui demande de danser pour lui et lui promet ce qu’elle voudra. Elle accepte et demande la tête de Ionakaan en récompense, ce dont sa mère se félicite. Après avoir longuement refusé, Hérode accepte mais la fait tuer ensuite.

Je connais peu la musique de Strauss, je craignais un peu une lourdeur à la Wagner, pas du tout ! et en même temps, elle donne toute l’intensité au drame, ce n’est pas un accompagnement de récitatifs. La seconde partie de cet opéra commence avec la danse des 7 voiles qui n’est qu’évoquée mais la longue scène où Hérode refuse fait monter la tension qui va se prolonger avec le délire érotique de Salomé face à la tête de Ionakaan. Le rôle de Salomé monte en puissance tout au long du spectacle pour exploser dans cette longue scène, elle est assez impressionnante, c’est un beau cas psy !

Les costumes sont sobres et assez modernes mais très beaux et la mise en scène simple et efficace valorise les chanteurs. C’est une superbe réalisation !