Le roi Lion

Le roi Lion est à l’origine un film Disney qui m’avait enchanté : un belle histoire, un dessin superbe accompagné d’une musique signée Elton John.

C’est l’histoire de Simba, fils du roi Mufasa, lionceau intrépide qui rêve du moment où il sera roi. Son oncle Scar manigance pour récupérer le trône et s’allie avec les hyènes. Scar cause la mort de Mufasa mais fait croire à Simba qu’il en est responsable et le chasse. Simba rencontre Timon le suricate et Pumbo le phacochère qui représentent la joie de vivre, le fameux Hakuna matata. Plus tard, Simba a grandi et retrouve Nala son amie d’enfance qui lui apprend que Scar a ravagé la Terre des lions. Elle tente de le faire revenir pour prendre sa place légitime mais se sentant toujours coupable, il hésite jusqu’à ce que le fantôme de son père le fasse changer d’avis. Il affronte Scar qui avoue être responsable de la mort de Mufasa et, allié aux lionnes, Simba chasse les hyènes. A la fin, Simba devient roi, évidemment accompagné de Nala dont il est amoureux.

La comédie musicale qui en est tirée respecte ce scénario et reprend les chansons du film, mais aussi ajoute de nouveaux airs. Tout est magique dans ce spectacle : la musique, la mise en scène, les costumes, les danseurs… je me suis senti petit garçon tout admiratif devant cette mise en scène grandiose et très inventive. Les personnages ont des masques sur la tête, et plus d’une fois ce n’est plus le comédien que je voyais, mais le personnage. La musique est très inspirée de la musique africaine, les choeurs sont magnifiques et les ballets sont somptueux. Nous avons vraiment l’illusion de voir des troupeaux de gazelles courir dans la savane ou des des vols d’oiseaux alors qu’il s’agit de jeux de marionettes.

C’est un vrai show, absolument complet avec de très bons comédiens, chanteurs et danseurs.

Une réflexion au sujet de « Le roi Lion »

  1. Certains disent même que l’origine du Roi Lion, c’est un dessin animé japonais au doux titre de… « Roi Léo » !

    Bon, après avoir regardé vite fait, c’est pas tout à fait la même histoire, mais on retrouve quand même pas mal d’images d’une version à l’autre.

Les commentaires sont fermés.