Papiers et formats

De tous temps, l’homme a beaucoup écrit et dessiné et sur tous supports : sur les parois des grottes à Lascaux, sur les murs des monuments, des stèles, des colonnes, etc.

Ce genre de support n’est pas très mobile : les mésopotamiens ont utilisé des tablettes d’argiles, les égyptiens ont dessiné sur des papyrus, les romains écrivaient sur des tablettes de cire pour prendre des notes et sur du parchemin quand il fallait garder le texte. Ils sont passé du rouleau au codex, superposition de feuilles de parchemin attachées ensemble vers le 1er siècle ; cette forme en codex n’est pas spécifiquement européenne, on la retrouve aussi bien en Chine que dans les civilisations précolombiennes.
Les recueils de textes officiels et de lois sous forme de « codex » se retrouvent à l’origine des « Codes ».

Le papier a supplanté progressivement le parchemin à partir des 13e/14e siècles et sa généralisation participe au développement de l’imprimerie. Chaque fabricant papetier produisait des formats propres et sa marque, sous forme de filigrane, donnait le nom au format. Du plus petit au plus grand, voici quelques papiers, avec la taille en cm.

  • Telière 34×44
  • Couronne 36×46
  • Double cloche 39×58
  • Ecu 40×52
  • Coquille 44×56
  • Carré 45×56
    • Double carré 56×90
  • Cavalier 46×62
  • Raisin 50×65
    • Petit raisin 49×64
  • Jésus ordinaire 55×72
    • Petit Jésus 52×68
    • Grand Jésus 56×76
    • Double Jésus 76 x112
  • Grand soleil 60×80
  • Grand colombier 63×90
  • Aigle 70×94
    • Petit aigle 60×94
    • Grand aigle 75 x106

Ces termes sont quand même plus jolis que les standardisés A3, A4… qui correspondent aux plis successifs d’une feuille de 1 m2. Il reste une trace de ces formats dans le papier à dessin où le demi-raisin est encore utilisé. En revanche, le papier est toujours conditionné en rames de 500 feuilles, 10 rames font une balle.

Le livre imprimé est un assemblage de cahiers, chaque cahier correspond à une feuille pliée sur elle-même plusieurs fois :

  • feuille entière :  in plano, cahier de 2 pages
  • feuille pliée 1 fois : in folio, cahier de 4 pages
  • feuille pliée 2 fois : in quarto (in-4°), cahier de 8 pages
  • feuille pliée 4 fois : in octavo (in-8°), cahier de 16 pages
  • feuille pliée 8 fois : in 16 (in-16), cahiers de 32 pages
  • la feuille peut aussi être plié en 2 puis en 3 ce qui donne du in-6, in-12, in-18

Le format du livre dépend donc du papier utilisé et de son pliage, le type de cahier est souvent indiqué dans les catalogues de livres anciens.