Fra Angelico

Fra Angelico, peintre du Quatrocento, fait la transition entre les primitifs italiens et les peintres de la Renaissance. Son œuvre reste empreinte des règles de la peinture gothique qu’elle modernise, notamment grâce à la perspective. Le parcours de l’exposition Fra Angelico du musée Jacquemart-André illustre magnifiquement cette évolution.

Fra Angelico est un moine bénédictin de Fiesole qui a vécu entre +/-1400 et 1455, contemporain de Fra Filippo Lippi ou de Paolo Ucello. Elève de Lorenzo Monaco, il a une formation de peintre d’enluminures, activité qu’il exerce toute sa vie et qui influence fortement son style, avec une passion pour les détails. Son nom est dû à Vasari qui lui donne le titre de angelicus pictor, Fra Giovanni devient ainsi Fra Angelico. Son œuvre la plus célèbre est le décor du couvent San Marco que je n’ai pas vu, encore une raison pour y retourner à Florence.

La peinture gothique est caractérisée par la nécessité didactique qui n’oblige pas à la ressemblance et la lumière qui a valeur mystique, alors que la peinture de la Renaissance est caractérisée par l’utilisation de la perspective, l’intégration d’éléments architecturaux et l’humanisation des personnages.

On retrouve tous ces éléments dans les œuvres des différents peintres exposés et on y voit bien l’évolution dans l’œuvre de Fra Angelico. Contrairement aux petits tableaux où il montre des perspectives architecturales, ses grandes compositions gardent un fond doré mais il réussit à rendre la perspective par la construction du tableau.

Peintre de la Vierge et du Christ, il offre à chaque fois des tableaux d’une grande douceur et pleins d’humanité. Son œuvre correspond aussi à une évolution religieuse où l’on passe des Vierges en majesté, maesta sur un trône, aux Vierges d’humilité, plus humaines, assises sur un simple coussin.

Fra Angelico termine sa vie à Rome au service des papes et décore la chapelle du Sacrement, détruite depuis, et la chapelle Nicoline. Je ne sais pas si cette chapelle se visite, j’irais bien vérifier sur place…

Fra Angelico et les Maîtres de la Lumière, Musée Jacquemart-André jusqu’au 16 janvier 2012