Bougres d’iconoclastes !

L’évènement du jour est la sortie du film de Spielberg d’après l’œuvre de Hergé. Il mélange plusieurs albums pour son scénario, j’avais vu la bande annonce cet été et je n’ai pas très envie de voir cette chose à mi-chemin entre l’image de synthèse et le dessin animé.

Spielberg va sans doute réussir son coup, il se dit vraiment fan de Hergé et il fera découvrir un nouveau super héros aux gamins du monde entier, je veux bien croire à sa sincérité.

En revanche, les reproches doivent plutôt être adressés à Moulinsart et sa clique. Hergé n’a pas souhaité que de nouvelles aventures de Tintin soient dessinées et ses bougres d’exécuteurs testamentaires se contentent de faire rentrer des sous par tous les moyens. Ces paltoquets ont une vision très restrictive de l’utilisation dérivée de l’œuvre, je ne devrais même pas mettre un bout d’illustration puisque je ne leur paye pas de royalties, contrairement aux industriels qui se sont accaparés son nouveau look, Mc Donalds, Peugeot, Total, Carrefour, Thalys, etc.
Pour exprimer ma pensée, je vais me faire aider du Capitaine Haddock qui a un langage plus riche que moi. Voici quelques-unes de ses invectives à utiliser au singulier ou au pluriel : bandit, bachi-bouzouk, pirate, cornichon, brute, forban, va-nu-pieds, olibrius, flibustier, canaille, zouave, cannibale, sapajou, iconoclaste, marin d’eau douce, écraseur, sauvage, misérable, boit-sans-soif, troglodyte, cloporte, anthropopithèque, emplâtre, gangster, naufrageur, moule à gaufres, tête de mule, doryphore, coléoptère, vampire, paltoquet, chauffard, casse-pied, ectoplasme, chenapan, coloquinte, patagon, canaque, anacoluthe, analphabète (qui peut se transformer en analphabète diplômé), parasite, Ostrogoth, forban, perroquet bavard, buveur d’eau minérale, froussard, gredin, scélérat, marchand de tapis, trompe-la-mort, méchant blanc, marchand de guano, malappris, olibrius, mouchard, faux-jetons à la sauce tartare, souris neurasthéniques, crétin des Alpes (des Balkans ou de l’Himalaya), animal, athlète complet, Bibendum, chouette mal empaillée, galopin, grand escogriffe, diplodocus, cro-magnon, logarithme

Ces expressions imagées peuvent être enrichies et précédées de bougre de…ou espèce de, Haddock a aussi l’art de les combiner : loup-garou à la graisse de renoncule de mille tonnerres de Brest, Vercingétorix de carnaval, zouave d’anthropopithèque, aérolithe de tonnerre de Brest, ectoplasme de moule à gaufres, phénomène de tonnerre de Brest, ectoplasmes à roulettes, apprenti dictateur à  la noix de coco, crème d’emplâtre à la graisse de hérisson…

Je fais la différence entre ces injures et les exclamations telles que mille sabords (décliné en mille millions ou mille milliards de mille sabords), tonnerre de Brest (tonnerre de tonnerre de Brest, mille tonnerres), que le grand cric me croque, misère de misère…

Moralité : relisons les albums, je suis certain que le langage du film n’est pas aussi fleuri…

 

PS : je n’ai pas mis toutes les insultes du capitaine, quelle est l’expression d’Haddock que vous préférez ?

 


2 réflexions au sujet de « Bougres d’iconoclastes ! »

  1. tout le battage médiatique ne me poussera pas à aller voir ce film!
    pour les amateurs, citons :
    – Albert Algoud, L’intégrale des jurons du capitaine Haddock, Casterman, 1991 et 2004

Les commentaires sont fermés.