Tokyo

Mo Hayder m’a été chaudement recommandée comme auteur de thrillers, notamment « Tokyo » et « Pig Island ». Je viens de terminer le premier qui me laisse haletant !

Une jeune anglaise, Grey, arrive au Japon pour rencontrer le professeur Shi Chongming, un chinois qui aurait des éléments inédits sur le sac de Nankin par les japonais en 1937. Le vieux chinois ne veut pas en entendre parler et la rejette, mais il va exhumer son journal de l’époque. Le livre prend alors une toute autre dimension, en alternant le journal et le récit de Nankin et la vie de Grey à Tokyo où elle reste, persuadée qu’elle aboutira…

Elle rencontre Jason, un type un peu bizarre qui lui trouve une place dans le club d’hôtesses où il travaille comme barman. Il est attiré par Grey car elle est aussi bizarre que lui, et c’est vrai que l’histoire qu’elle nous raconte est hallucinante : elle est fascinée par l’histoire de Nankin : les 300 000 morts, les tortures… et si on sait vite qu’elle a un passé psychiatrique lourd, on comprend peu à peu son histoire.

Les yakusas fréquentent le club où elle travaille, et elle se met à fréquenter le vieux chef, Fuyuki, sur qui veille un autre monstre, la Nurse. Il se trouve justement que le professeur Shi voudrait bien savoir quel est le remède extraordinaire et terriblement secret qu’utilise le vieux mafieux. Grey accepte de l’aider pour aboutir dans se recherches mais elle va se trouver confrontée à la terrible Nurse Ogoma.

Ce livre présente un fameuse collection de pervers et de dérangés et nous offre une intrigue de grand niveau superbement menée et renforcée par le journal de Shi Chongming où l’horreur progresse petit à petit.

Mo Hayder – Tokyo, traduit par Hubert Tézenas – Pocket 2007