Intouchables

Un grand moment de plaisir, 2 heures de rigolade ! en plus ce film n’est pas idiot, du vrai bonheur ! Un jeune de banlieue au service d’une handicapé grand bourge, on pouvait craindre le pire, mais cette confrontation est un festival d’humour et de sensibilité.

Driss ne cherche pas à avoir le poste d’aide à domicile proposé par Philippe, tétraplégique assisté d’une cohorte de domestiques, il veut juste que son papier des Assedic soit tamponné. Il se retrouve embauché, découvre un monde qui lui est totalement étranger et se confronte au handicap. Les dialogues de ce film sont très réussis et les réflexions naïves de Driss sont souvent mordantes mais offrent un regard vrai sur le handicap, sans pitié. Chacun reste dans son rôle, dans sa classe, deux mondes tout à fait opposés se confrontent mais une complicité amicale se tisse entre les deux.

J’ai marché à fond dans cette histoire défendue par deux acteurs extraordinaires. Omar Sy, banlieusard tchatcheur, tient un vrai rôle et François Cluzet réussit à avoir un présence forte tout en jouant un paraplégique !
La mise en scène est aussi une belle réussite. Il faut avouer que la première séquence nous met tout de suite dans l’ambiance, de la vitesse, de la tchatche, de l’humour. Pour une fois le flash-back fonctionne bien et s’intègre harmonieusement dans le film.

J’ai adoré la scène de l’opéra où Driss est éclaté de découvrir que tout le monde écoute chanter, et en allemand qui plus est, un mec déguisé en arbre. La découverte de la musique classique n’est pas mal non plus, avec la musique d’attente des Assedic. Il y a plein de bon moments dans ce film.

Intouchables, film d’Eric Toledano et Olivier Nakache, avec François Cluzet et Omar Sy – 2011