Visages de la Renaissance

Bode-Museum

Notre séjour à Berlin avait pour prétexte l’exposition organisée au Bode-Museum sur les « Portaits de la Renaissance ». C’est un très beau parcours sur cette thématique qui mêle peintures et bustes sculptés.

Les premiers portraits sont représentés de profil, l’expo montre notamment un très bel Homme à toque rouge de Masacio ou un double portrait très original dans la composition de Filippo Lippi.

Les portraits évoluent et reflètent la personnalité des sujets. Pour les hommes, les traits de caractère sont mis en valeur ; pour les femmes, c’est la grâce et la féminité, ce qui est très bien illustré par 3 portraits de dames de Piero del Pollaiuolo. Des portraits plus personnels, intimes apparaissent  aussi, l’exemple est le vieil homme de Ghirlandio que le Louvre a prêté.

Une salle entière est consacrée à Botticellli, on ne va pas bouder son plaisir ! Trois portraits de Julien de Médicis, le frère de Laurent assassiné dans la cathédrale de Florence ; j’avais vu celui de Bergame exposé à Caen, les autres diffèrent par le décor, la pose est la même. Il y a aussi deux portraits extraordinaires de Simonetta Vespucci, le modèle de La Naissance de Vénus. La belle était aussi la maîtresse de Julien, ses vêtements sont magnifiques et sa coiffure tressée de perles époustouflante.

L’expo continue avec les portraits vénitiens. Le système politique de Venise de cette époque ne laissait pas de place à la valorisation excessives des personnes, les portraits ont assez stéréotypés.

Pour finir, un Léonard de Vinci qui vient du musée de Cracovie. La Dame à l’hermine représente Cecilia Gallerani, maîtresse de Ludovic Sforza, duc de Milan. Vinci a peint peu de portraits de femmes, celui-ci est, à mon avis, le plus beau, plus vivant que la Joconde, plus raffiné que La belle Ferronnière.

Nous avons bien évidemment profité du reste du musée, consacré à la sculpture et qui abrite une collection d’art byzantin et médiéval.