Julien

L’exposition Fra Angelico a montré un très beau Saint Julien de Masacio. Comme Côme, Julien est le prénom d’un Médicis, le saint fait donc partie des thèmes que l’on retrouve dans les peintures florentines.

L’histoire de Saint Julien, dit l’Hospitalier, semble être une récupération chrétienne du mythe d’Oedipe, j’ai donc été voir ce qu’en dit La légende Dorée. Il existe plusieurs Julien, ce qui n’est pas étonnant puisque le nom se rapporte à un très vieille famille romaine, la gens Julia, qui a donné un certain Jules César, et le nom s’est répandu dans tout le monde latin.

Julien l’Hospitalier

Un Saint Julien fut évêque du Mans et Jacques de Voragine nous fait beaucoup rire en le présentant possiblement comme Simon le lépreux, le personnage  de l’Evangile  que Jésus à guéri : il justifierait du surnom d’Hospitalier pour avoir invité Jésus à sa table. Mais surtout, il aurait été ordonné évêque du Mans dès l’Ascension ! Julien, le premier évêque du Mans a vécu au IVe siècle, c’est le premier St Julien attesté.

Saint Julien est un jeune noble qui part  la chasse et qui est averti par un cerf qu’il va tuer ses parents (un cerf parle aussi à St Hubert et à St Eustache, alors pourquoi pas à Julien ?). Pour ne pas risquer l’accident fatal, Julien s’enfuit sans rien dire à personne. Au bout de quelques années, trouve refuge dans un autre royaume où il se marie et s’installe. Ses parents continuent à le chercher pendant ce temps et arrivent au château de Julien un jour qu’il en est absent. Alors qu’ils racontent leur histoire, l’épouse de Julien comprend qui ils sont,  les accueillent et leur offre le meilleur lit de la maison, le lit conjugal. Quand Julien rentre, à la nuit, il trouve une homme et une femme dans son lit, croit que sa femme le trompe et zigouille tout le monde. Il tombe sur sa femme alors qu’il sort de chez lui et se dit qu’il y a erreur, ce que confirme son épouse… Il a accompli la prophétie, il a tué ses parents !

Sa femme se sent aussi coupable que lui et l’accompagne dans sa fuite. Ils s’installent à proximité d’un fleuve difficile à traverser, font passer les voyageurs et construisent un hôpital pour les héberger. Un beau jour, un lépreux lui demande de l’aide, il lui fait traverser le fleuve, l’héberge malgré sa maladie et le lépreux se transforme en ange pour lui annoncer qu’il est pardonné. Julien et sa femme mourront peu après, bien vieux, mais sans péchés.

St Julien est le patron des charpentiers, des hôteliers et des passeurs (passeurs de rivières, pas les trafiquants !).

Julien de Brioude

Il y a une trentaine de St Julien reconnus par l’Eglise. St Julien de Brioude, dit aussi St Julien d’Auvergne, a été très honoré. Il a été martyrisé, décapité pour n’avoir pas sacrifié aux dieux romains. On a amené sa tête à son copain St Ferréol en le menaçant de la même fin s’il ne se soumettait pas, il a bien entendu été tué à son tour et on l’a enterré avec la tête de Julien. Bien des années plus tard, on a ouvert le tombeau et on a retrouvé la tête intacte dans les mains de St Ferréol.

Julien à Joué les Tours

Un autre Julien, frère de St Jules, a vécu un peu plus tard alors que le culte chrétien n’était plus persécuté. Il avait obtenu de l’empereur la mission de construire des lieux de culte un peu partout le long des routes, et de pouvoir réquisitionner qui il voulait, surtout les voyageurs qui passaient à proximité.

Une bande de voyageurs a cru pouvoir échapper en faisant croire que l’un d’eux était mort et qu’il s’agissait d’un convoi mortuaire. Le saint n’a pas été dupe et leur a demandé de ne pas mentir, devant l’insistance des voyageurs à maintenir leur version, il a dit « eh bien soit, qu’il en soit ainsi… » et les a laissé passer. Un peu plus loin, les comparses disent à celui qui faisait le mort qu’il peut se lever et continuer le voyage, mais il était bien raide… moralité, ce n’est pas bien de mentir à un saint !

Jules

On vient de voir qu’un St Jules était le frère d’un St Julien, il est amusant de noter que l’on ne trouve pas d’histoires de St Jules, mais que les papes s’appellent Jules et non Julien, c’est peut-être pourquoi le pape Jules 1er a été sanctifié… St Jules, 1er pape de ce nom, est né en 280. Nommé pape en 352, il est mort en 327. Il est célèbre pour sa lutte contre les ariens et pour avoir fait bâtir Ste Marie du Tastevere à Rome, basilique où il est enterré.

Julien l’Apostat

Un autre Julien célèbre n’est pas saint, tout a contraire, il s’agit de Julien l’Apostat, empereur romain qui a vécu de 332 à 363.

Lettré qui étudie les philosophes et les auteurs grecs, il est considéré comme un auteur important. Issu de la famille impériale, neveu de Constantin, il est d’abord éloigné, isolé, avant d’administrer la Gaule avec succès, de s’installer à Lutèce et de repousser les Francs et les Alamans. Il a sans douté été baptisé mais, devenu empereur, il édicte un décret de tolérance qui autorise toutes les religions, annule les contraintes qui visent le paganisme puis interdit aux chrétiens d’enseigner les matières non religieuses. Il s’installe à Antioche et meurt à la bataille de Ctésiphon lors d’une campagne contre les perses.

Dans l’iconographie chrétienne, il devient un moine qui s’est enrichi en dépouillant une veuve. Ami des démons, il devient empereur et fait détruire les croix et les églises car les démons sont immobilisés par la prière. Arrivé à Césarée de Cappadoce, il se considère mal accueilli par St Basile et menace de détruire toute la ville. Basile a la vision que Mercure, un soldat chrétien enterré depuis longtemps, tue Julien et effectivement l’empereur a été tué sur les entrefaites par un chevalier inconnu et les armes de Mercure exposées dans la cathédrale sont rouges de sang. Pour finir en beauté, les perses s’acharnent sur le cadavre de Julien, lui crèvent les yeux et leur roi fait tendre sa peau sur un tambour.

D’après Jacques de Voragine –  La légende Dorée