L’épée de vérité

Je suis en train de lire le 9e tome de cette série de fantasy, on va un peu revenir en arrière et faire un résumé des épisodes précédents. Visuellement, les illustrations de Keith Parkinson (vaguement New Age)  et la couverture noire donnent une belle unité à la série. Je ne suis pas d’acord avec l’accroche que l’on retrouve sur toutes ces couvertures : « Ce roman va tout balayer sur son passage, comme le firent ceux de Tolkien dans les années 60. Marion Zimmer Bradley ».

C’est une bonne série que j’ai plaisir à lire. Le talent de l’auteur est de savoir nous accrocher et de nous faire tourner les pages, même si le scénario est assez convenu, chaque livre suivant à peu près le même schéma : le héros est en (grand) danger face à de nouveaux périls mais il s’en sort à chaque fois. Il devrait y avoir 11 tomes, les 3 derniers composant une trilogie.

Les romans sont des histoires d’aventure compliquées d’histoires de magie. A chaque fois, je me fais avoir et je regarde la fin pour savoir si ils s’en sortent ! Comme souvent en fantasy, le fond de l’histoire est le combat du Bien contre le Mal. L’ennemi incarne aussi une civilisation totalitaire et les discours deviennent plus politiques. N’allez pas croire qu’il s’agisse de philosophie politique, c’est juste la vision de l’URSS par l’Amérique en pleine Guerre froide ! (tome 8). Heureusement en général son héros est plutôt libre penseur et combat les apparences et les supersitions, c’est un sorcier qui croit assez peu à la magie et aux prophéties, même s’il est en plein dedans.

Les personnages de la série sont tous humains ; la différenciation des catégiories de personnages se fait surtout par la maîtrise de la magie, et leur camp. Il y a quelques monstres, mais ils restent des bêtes, ils interfèrent assez peu avec les humains, si ce n’est pour les bouffer.

Plusieurs personnages principaux, ce n’est pas facile de résumer 8 tomes !

Zedd : c’est mon préféré, même si ce n’est pas le personnage central.  Vieillard malicieux, c’est le Premier sorcier. Il a connu les guerres de magiciens et la création de la frontière qui sépare la Terre de l’ouest, sans magie, des Contrées du Milieu et de l’Ancien monde. Il formera Richard.

Richard Cypher, qui devient Richard Rahl. Jeune forestier, il sauve Kahlan et en tombe amoureux. En même temps il apprend qu’il est le petit-fils de Zedd et qu’il est lui même sorcier, le « Sourcier de Vérité », celui qui garde l’épée Vérité. Pour compliquer le tout, il est fils de Darken Rahl (un très méchant qui sera vite éliminé) et devient chef de D’Hara ; Khalan est la dernière inquisitrice (avec des pouvoirs magiques pas forcément compatibles) ; les Soeurs de la Lumière veulent l’enfermer pour le former ; les frontières entre les mondes sont abolies et une nouvelle force veut conquérir le monde : l’empire de l’Ancien monde dirigé par Jagang et son Ordre Impérial.

Evidemment en 8 tomes, il y a beaucoup de rebondissements et de personnages différents qui ont chacun leur utilité. Même si j’ai lu certains tomes dans le désordre, nous en retrouvons les protagonistes de façon régulière, d’autres reviennent de loin en loin.

Toute la série a pour auteur Terry Goodkind et paraît chez Bragelonne

  1. La première leçon du sorcier – 2003
  2. La pierre des larmes – 2003
  3. Le sang de la déchirure – 2004
  4. Le temple des vents – 2005
  5. L’âme du feu – 2006
  6. La foi des réprouvés – 2007
  7. Les piliers de la création – 2007
  8. L’empire des vaincus – 2008
  9. La chaîne des flammes – 2009
  10. Le fantôme du souvenir –  à paraître 2010
  11. Confessor – à paraître [edit] Paru en 2011 sous le titre L’ombre d’un inquisitrice
  12. Dette d’os : Préquelle à la série – 2008