Et si on vivait tous ensemble ?

La vieillesse devient tendance et les films racontent des histoires de vieux. La recette est simple : on part du principe que les vieux n’aiment pas la maison de retraite, que leurs enfants s’en occupent peu ou mal et on prend une brochette de bons acteurs pour faire monter la mayonnaise. J’ai vu il y a 2 ou 3 ans un très bon téléfilm avec une Jeanne Moreau dans la dèche qui partageait une maison avec Jean-Pierre Marielle et Claude Rich, ce film est dans la même veine.

Cinq copains sont très proches et se voient très souvent, mais chacun vit chez soi. Le premier couple est formé par Pierre Richard (Albert) et Jane Fonda (Jeanne). Albert perd doucement la tête, rythme sa journée par la sortie du chien et Jeanne fait croire qu’elle va bien alors qu’elle veut pas soigner une saloperie. Géraldine Chaplin (Annie) et Guy Bedos (Jean) représentent le second couple. Ils habitent une grande maison, Jean est de toutes les causes mais ne peut plus partir en mission à cause de son âge et Annie veut faire construire une piscine pour que ses petits-enfants viennent chez eux. Enfin , il y a Claude Rich (Claude), photographe obsédé par les femmes.

La cœur de l’un l’empêche de vivre seul, l’autre ne peut plus sortir son chien, si bien que les copains arrivent tous dans la grande maison et bâtissent non sans mal une communauté où le passé va semer le trouble. Tout se déroule sous le regard de Dirk, jeune allemand qui a été embauché pour sortir le chien puis se retrouve à faire sa thèse d’ethnologie que cette communauté.

L’ensemble se laisse voir mais n’est pas extraordinaire, c’est plutôt un téléfilm qui traite de quotidien de vieux pas trop dans la mouise, le fait que l’on parle aussi de leur sexualité ne compense  pas le faible scénario. Quelques scènes drôles, notamment quand Claude demande au policier qui contrôle leur voiture s’il n’a pas trop de travail avec tous ces arabes, le cliché est bien détourné, mais on a un peu l’impression de juxtapositions de scènes. Guy Bedos fait du Bedos, il râle ; Géraldine Chaplin est assez effacée, mais j’aime beaucoup ses baskets bleues ; Claude Rich cabotine et Pierre Richard est lunaire, ce qui colle parfaitement à son personnage. Le film est porté par Jane Fonda, merveilleuse, lumineuse, qui a une complicité avec le jeune Dirk et lui fera un clin d’œil posthume.

Géraldine Chaplin, Claude Rich, Jane Fonda, Pierre Richard, Guy Bedos dans un film de Stéphane Robelin : Et si on vivait tous ensemble ? 2012