Le suicidé

Cette pièce se déroule dans l’Union soviétique des années 30. Semione Semionovitch Podsekalnikov se dispute avec sa femme et s’en va pour manger tranquillement un bout de saucisson. Ne le trouvant plus, sa femme et sa belle-mère s’affolent, croient qu’il va se suicider et rameutent les voisins de l’appartement communautaire.

Tout le monde est vite au courant que Podsekalnikov va se suicider, chacun tente de le convaincre de donner un sens à son acte et attirer l’attention sur sa cause. Toute la société s’y met et la pièce devient le reflet d’un petit monde : l’intellectuel, l’écrivain, le clergé, l’affairiste… même la belle qui veut en faire un acte romantique.
La vision marxiste des choses qui annule tout plaisir et toute envie, les regrets de l’intelligentsia sur l’ingratitude du peuple sont les critiques les plus marquantes de la société soviétique ; il n’est pas étonnant que cette pièce ait été interdite.

Le pauvre Semione, habituellement plutôt déprimé et ronchon, est dépassé par ce soudain intérêt. Les évènements le poussent et l’heure de son suicide lui est imposée, à la suite d’un grand banquet. Son suicide se transforme en coma éthylique mais sa résurrection lui est reprochée car il ne s’est pas sacrifié.

On peut voir dans ce texte une critique de toutes les idéologies, de tous ceux qui sont à l’affût d’une cause à défendre ; le sujet est traité comme une farce et les caricatures n’en sont que plus féroces. Cette pièce est très vivante, superbement menée par de nombreux acteurs qui forment une vraie troupe et le rôle de Podsekalnikov est superbement tenu par Patrick Pineau.

Le Suicidé, comédie russe de Nicolaï Erdman, traduit par André Markowicz, mis en scène par Patrick Pineau – Théâtre La Piscine Chatenay