Le dindon

Lucienne Vatelin est suivie jusque chez elle par un importun qui se révèle être un ami de son mari: Pontagnac. C’est un coureur fini qui fait croire que son épouse est percluse au fond de sa province. Bien que courtisée par Rédillon, Lucienne est sage et n’accepterait de tromper son mari que par vengeance, ce qui semble bien impossible car son avoué de mari est bien popotte.

Là-dessus arrive Maggy que Vatelin a connu à Londres, qui vient le relancer à Paris et lui donne rendez-vous pour le soir. Soldignac, le mari de Maggy, sait sa femme infidèle et demande à Vatelin de l’aider pour le divorce car il sait qu’il est trompé et va la surprendre le soir même. Bien embêté, Vatelin demande conseil à Pontagnac qui lui conseille l’hôtel Ultimus et va prévenir illico Lucienne car il espère qu’elle se vengera avec lui.

Bien évidemment tout se complique, la chambre a plusieurs occupants et il va y avoir plusieurs quiproquos. Au final, Lucienne découvre la vérité et va se venger avec Rédillon qui est épuisé de la nuit et ne peut rien pour elle. Quant à Pontagnac, non seulement il n’a pas eu Lucienne mais il est surpris par sa femme, il perd tout dans ces affaires, c’est le dindon de la farce.

Cette pièce est un concentré de vaudeville avec amants, portes qui claquent, faux semblants, chassés-croisés… C’est une belle satire d’un milieu bourgeois du XIXe.
La mise en scène de Philippe Adrien faut parfois penser à des cartoons et renforce les personnages sans les rendre caricatural. Un grand moment de plaisir…

Georges Feydeau – Le dindon, mis en scène par Philippe Adrien – Théâtre La Piscine Chatenay