Philémon et Baucis

Quelque part en Phrygie, Jupiter et Mercure se promènent incognito sous la forme de quidams et cherchent un endroit pour se reposer. Les paysans locaux, méfiants, leur ferment la porte au nez et leur conseillent d’aller voir un peu plus loin.

Ils sont néanmoins accueillis dans une modeste cabane par Philémon et Baucis, deux petits vieux qui supportent vaillamment leur pauvreté. Ils invitent chaleureusement les visiteurs et mettent leurs maigres ressources à leur disposition pour les restaurer. Il font une petite soupe avec les légumes du jardin, mettent un bout de lard dedans, servent des fruits et un rayon de miel comme dessert et versent leur piquette locale dans un cratère, comme c’est l’usage chez les grecs de cette époque. Repas sobre mais sain et équilibré et surtout servi avec bonne humeur par des hôtes attentifs.

Les deux vieux voient bien que les invités picolent sec, que le cratère se remplit tout seul et ils se doutent qu’ils n’ont pas des invités ordinaires. Ils s’apprêtent à ajouter une oie, la seule qu’ils aient, au menu mais l’oiseau se révolte, et se réfugie  auprès des dieux qui les empêchent de la tuer et se dévoilent.

En récompense, Jupiter et Mercure les sauvent du massacre qu’ils ont prévus pour les voisins et les emmènent sur une colline voisine alors que le pays est englouti par les eaux. Seule leur bicoque en bois a résisté et se transforme en temple de pierre. Les dieux propose une récompense à leurs hôtes qui demandent à rester dans le temple, comme prêtres, et de mourir ensemble le jour où cela doit arriver. Un beau jour, l’un et l’autre se voient couvrir de feuilles, ont juste le temps de se dire adieu et se transforment en arbre. Depuis, il existe en Phrygie, un étang dominé par une colline avec un chêne et un tilleul.

D’après Les Métamorphoses d’Ovide

Ovide est un auteur latin, j’ai donc pris les noms romains qui peuvent différents en grec :
Jupiter= Zeus
Mercure = Hermès