La mort d’Hercule

On a vu la naissance d’Hercule et ses Travaux, on reprend le récit d’Ovide pour les dernières aventures.

Après avoir raconté les histoires de transformation de Méléagre, Erysichthon et Philémon et Baucis, Achéloüs, le dieu fleuve, nous raconte son combat contre Hercule pour la belle Déjanire.

Les deux veulent épouser la belle et cherchent à convaincre le futur beau-père, Oenée roi de Calydon. Achéloüs est un dieu à part entière, et local en plus, et Hercule fait aussi valoir son ascendance divine. Bien entendu, Achéloüs lui fait remarquer que sa demi-divinité est due à l’inconduite de sa mère et qu’il n’est qu’un bâtard. Grosso modo, pour être clair,  il le traite (en grec) de fils de pute !
Tout cela entraîne un belle bagarre où Hercule domine, mais avec un peu de peine. Achéloüs essaye quelques artifices : il se transforme en serpent, mais il est étranglé par Hercule qui en a déjà tué quelques uns ; puis il prend la forme d’un taureau, mais là encore Hercule a fait ses preuves, il l’attrape par les cornes, le renverse et finit par lui en arracher une. Cette corne est récupérée par les naïades qui la consacre aux dieux et la remplissent de fruits, la transformant en corne d’Abondance (une autre version parle de la corne d’Almathée, la chèvre qui avait élevé Jupiter).

Donc, Hercule est vainqueur par KO, épouse Déjanire et la ramène chez lui. Pour franchir le fleuve Evénus, il leur faut l’aide d’un passeur qui n’est autre que le centaure Nessus. Hercule traverse à la nage et confie Déjanire au centaure qui tente de profiter de l’occasion et de violer la belle. Notre héros reprend vite son arc, tire sur le traître et le tue. Nessus persuade Déjanire que le sang qui coule de ses blessures sera un charme puissant pour garder l’amour d’Hercule et la jeune mariée en enduit une tunique.

On a vu que Hercule s’était vu refuser Iole, le prix promis par Eurytus.  La vengeance est meilleure froide et quelques années plus tard, Hercule décide d’aller régler son compte au roi d’Oechalie, le tue, massacre tous ses fils et ramène Iole. Etait-elle simplement prisonnière ou Hercule l’a-t-il mise dans son lit ? Toujours est-il que Déjanire suspecte quelque chose de louche. Plutôt que de tuer sa rivale, elle envoie Lichas, un compagnon d’Hercule, porter à son mari la tunique enduite du sang de Nessus qui doit lui garder l’amour de son homme.

Hercule se couvre du vêtement, mais le sang de Nessus est  infesté par le poison de l’hydre de Lerne et le brûle. Il arrache la tunique, mais sa peau part avec. Fou de douleur et toujours délicat, il catapulte Lichas dans la mer puis il coupe et entasse quelques arbres, s’y couche avec la peau du lion de Némée et sa massue et demande à Philoctète, à qui il a donné ses armes, d’allumer le bûcher.

Une fois Hercule brûlé et débarrassé de sa partie mortelle, Jupiter l’enlève et l’accueille dans l’Olympe, où il intime à Junon de cesser ses mesquineries et de l’accepter. Hercule s’y mariera avec Hébé, déesse de la jeunesse, et lui même devient le dieu des éphèbes.

Et Déjanire dans tout celà ? elle s’est pendue…

D’après Les Métamorphoses d’Ovide

Ovide est un auteur latin, j’ai donc pris les noms romains qui peuvent différents en grec :
Hercule = Héraclès
Jupiter= Zeus
Junon = Héra
Nessus = Nessos