Suzanne

La peinture religieuse permet de montrer de beaux costumes, des drapés à l’antique mais elle ne peut pas exalter la chair puisque c’est péché… Et pourtant les blondes à gros seins ont toujours fait fantasmer. Quelques tartufes ont trouvé la parade et arrivent à placer des femmes nues dans les églises, le plus souvent il s’agit de Suzanne, parfois de Marie-Madeleine, mais celle-ci est cachée par ses cheveux. L’histoire de Suzanne et les vieillards, ou Suzanne au bain est racontée dans le Livre de Daniel. Elle se passe à Babylone où le peuple juif est exilé.

Joakim, notable important de la communauté a épousé Suzanne fille d’Helcias. Bon nombre d’affaires se traitent chez lui et avec son aide, il reçoit beaucoup de monde, notamment deux vieillards qui viennent d’être nommés juges. Ils ont repéré la jolie épouse et s’avouent leur passion.

Un jour qu’il fait bien chaud, Suzanne demande à ses servantes de fermer le jardin aux visiteurs car elle veut se rafraîchir et prendre un bain. Les deux vieux font mine de partir et se cachent dans un bosquet. Quand Suzanne se retrouve toute seule, ils déboulent et lui proposent de coucher avec eux, sinon ils diront qu’ils l’ont vue avec un amant. Elle est un peu embêtée mais refuse et crie, ce qui amène ses serviteurs à qui les deux vieillards racontent la vilenie de la jeune femme.

Cette histoire semble peu probable, mais les accusateurs sont juges et Suzanne est accusée officiellement. Lors du procès, les juges dévoilent Suzanne pour profiter de sa beauté, ce qui n’empêche pas la condamnation à mort pour adultère.

Sur le chemin du supplice, un gamin nommé Daniel dénonce le faux témoignage. Visiblement inspiré, on lui fait confiance et il recommande un contre-interrogatoire séparé des témoins. L’un dit avoir vu les amants sous un chêne, l’autre sous un acacia, ils sont confondus et condamnés à la place de la vertueuse Suzanne.

Va savoir pourquoi on ne représente que le bain, pas le jugement ?