Marie-Madeleine

Les récits de Jacques de Voragine dans La légende Dorée racontent la vie de saints au comportement exemplaire devant servir à l’édification des masses. La plupart sont martyrs, vierge et martyr est encore mieux ; certains sont apôtres, ermites, évêques, abbés ou papes ; et ces deux termes peuvent se conjuguer avec évangéliste ou confesseur. Trois femmes sortent du lot avec un titre magnifique, celui de pêcheresse : Marie-Madeleine, Marie l’Egyptienne et Pélagie.

J’ai déjà évoqué Marie-Madeleine dans le billet Mise au tombeau ; voici son histoire racontée par La légende dorée.

Jacques de Voragine associe Marie-Madeleine à la sœur de Marthe et Lazare, c’est une des versions courantes car Marthe a reproché à sa sœur de ne rien faire. Marie possède de biens à Magdala, d’où son nom de Magdeleine, elle profite de la vie et son amour de la volupté la fait surnommer « Pêcheresse ». Est-ce la prostituée qui répandit du parfum et lava les pieds du Christ avec ses cheveux chez Simon le lépreux ? La légende dorée l’affirme. Toujours est-il que Jésus faut sortir 7 démons de son corps, qu’elle le suit, devient de ses intimes, l’accompagne  la Croix et sera la première à venir au Tombeau.

Quatorze ans plus tard, les infidèles en ont assez d’entendre les prêches des disciples et décident d’en envoyer un bon nombre dans un bateau destiné à couler, sans gouvernail ni voile. Les passagers de ce navire sont Maximin, un des 72 disciples ; Madeleine, Marthe et Lazare accompagnés de leur servante Martille et Cédon, l’aveugle de naissance guéri par Jésus.
Au lieu de sombrer, le navire les emmène à Marseille où ils campent sur les marches d’un temple et Madeleine commence à dissuader les habitants de sacrifier à leurs dieux.

Une série de cauchemars persuade un des chefs locaux d’accueillir les exilés et, par ses prières, elle rend fertile l’épouse de leur hôte. Celui-ci veut bien croire au nouveau culte mais il décide de vérifier par lui-même et de rendre visite à Pierre. Il embarque avec sa femme mais, très vite, une tempête se lève, la femme accouche d’un prématuré et meurt. Les marins veulent jeter le corps à la mer mais une île apparaît et le veuf obtient qu’elle y soit déposée avec l’enfant.
Pierre le voit arriver avec une croix sur son manteau (le livre a été écrit à la période des croisades), l’emmène à Jérusalem faire son pèlerinage, l’instruit pendant deux ans et notre bonhomme rentre chez lui. La navigation du retour lui fait à nouveau aborder la même île sur laquelle il demande à débarquer. Il trouve un petit garçon qui prend peur, se réfugie et tête sa mère qui semble endormie, c’est bien l’épouse sur qui Marie-Madeleine veillait et qui se réveille tout à fait. Tout ce petit monde rentre à Marseille, remercie Madeleine et se fait baptiser par Maximin. Alors, les marseillais détruisent les temples de leurs idoles, les remplacent par des églises et choisissent Lazare comme évêque. Puis Madeleine et ses disciples vont à Aix, convertissent les habitants qui prennent Maximin comme évêque.

Marie-Madeleine se retire dans une grotte et vit en ermite pendant une trentaine d’années, soutenue par une nourriture céleste, soulevée dans les airs tous les jours les anges qui lui font écouter leur musique. Un prêtre s’est aussi réfugié dans le coin pour y vivre seul, il surprend le cortège céleste mais ne peut approcher du lieu jusqu’à ce qu’il voit Marie-Madeleine qui lui annonce sa fin prochaine et lui demande de prévenir Maximin.
Effectivement, le jour de Pâques, celui-ci trouve dans son église Marie-Madeleine qui flotte dans les airs, entourée d’anges. Dès qu’il lui donne la communion, elle meurt et son âme s’envole vers le Seigneur. Maximin la fait ensevelir et lui-même sera enterré auprès d’elle.

Au temps de Charlemagne, le duc de Bourgogne Girard fait construire Vézelay et envoie un moine chercher le corps de Marie-Madeleine. Arrivé à Aix détruite par des païens, il trouve le tombeau de la sainte et récupère les ossements. Celle-ci lui apparaît en rêve pour  le rassurer sur la beauté de son geste et il rentre au monastère. Arrivé à une demi-lieue du monastère, il en peut plus avancer, jusqu’à ce que l’abbé vienne en personne accueillir les reliques.

Bien sûr, Madeleine correctement invoquée, protège les croyants : un presque mort revit le temps de se confesser, une naufragée enceinte qui promet de consacrer son fils est sauvée, un aveugle qui souhaite voir Vézelay recouvre la vue, un prisonnier voit ses chaines tomber…

Certains auteurs voient en Marie-Madeleine la fiancée de Jean l’Evangéliste qu’il aurait abandonnée le jour du mariage pour suivre Jésus et qu’elle aurait mal tourné par dépit. Que nenni, la fiancée de Jean est restée sage, elle a accompagné la Vierge Marie et elle est morte vierge.

D’après Jacques de Voragine –  La légende Dorée

Les représentations de Marie-Madeleine mettent souvent en valeur ses cheveux, montrent qu’elle s’est dépouillée de ses bijoux et elle tient un vase ou un pot d’onguent.

PS. Une autre version plus ésotérique a été reprise par Dan Brown dans Da Vinci Code : Marie-Madeleine a épousé Jésus, ils ont eu des enfants ensemble dont une fille qui fut l’ancêtre de Clovis et des Mérovingiens.