Entorses au règlement

Actes Sud a publié un premier roman de cet auteur, pas désagréable : Un flic dans le pétrin. C’était aussi une histoire de flics à Chicago, mais nous ne retrouvons pas les mêmes personnages et ce polar est plus abouti.

Le bizutage des policiers de Chicago consiste à opérer un petit cambriolage chez un des commerçants que la patrouille est supposée protéger. Bien évidemment, il est mal vu de refuser, sous peine d’être tricard dans son commissariat et d’avoir une mauvaise réputation pour toute sa carrière.

Quand Ray Weiss subit son initiation chez un bijoutier, il doit ramener un cadeau pour la femme de son collègue Jack Fiore mais il tombe sur un cadavre. Ses collègues trouvent tout de suite un suspect idéal mais Ray sent qu’il y a quelque chose de pas très clair, continue à chercher tout seul, et s’allie à l’inspecteur Sloane Pearson, chargée de l’enquête, sans en informer ses coéquipiers. Fâché avec sa copine, il n’est pas insensible au charme de cette collègue qui est trop longue à se décider…

Ray est le fils d’un ponte de la police, il est tout à la fois inquiet pour son entorse à ses principes, la crainte que son père l’apprenne et le risque d’être suspecté pour son infraction. L’intérêt de ce roman est justement dans ce personnage qui n’est pas tout blanc, bien que beaucoup plus intègre que ses collègues qui sont des ripoux à la petite semaine, même si l’histoire reste très morale et classique :  les vilains sont punis, Ray retrouve sa fiancée et la police est un grande famille unie…

Teresa Schwegel – Entorses au règlement, traduit par Thierry Pitel, Actes Sud 2009

3 réflexions au sujet de « Entorses au règlement »

  1. C’est moi ou le titre est vraiment pourri ?
    Enfin, ça fait très polar, quoi.
    Peut-être qu’il y a un générateur de titres de polar…

    1. C’est vrai, ce n’est pas génial et pas complètement adapté. Le titre original est Probable cause, qu’aurais-tu mis ?

      1. Quand on arrive dans le métro de Lille, il y a un panneau « Distributeur de titres« … ne cherchons plus

Les commentaires sont fermés.