Les quatre jours du pauvre homme

Les personnages de Simenon ne sont pas particulièrement sympathiques et attachants, je crois que le personnage de ce roman bat tous les records ! J’ai d’abord eu envie de lui donner des baffes puis de le mépriser…

Le roman est bâti en 2 parties : Les deux jours de la rue Delambre puis Les deux jours des Champs Elysées.

Dans la première partie, François Lecoin est un chômeur qui vit de dons, un peu ivrogne, il va rendre visite à sa femme à l’hôpital et s’occupe de son fils Bob. Son frère Raoul vient lui rendre visite à son retour d’Afrique où il a traité des affaires louches. A son contact, Lecoin, qui vient d’une famille aisée, prend conscience de sa déchéance et de son déclassement et la mort de sa femme semble le libérer. Il fait croire la femme de son autre frère qu’il est engagé par un concurrent politique et se retrouve embauché pour diriger un journal électoral.

Nous le retrouvons trois ans plus tard dans ses bureaux des Champs Elysées où il dirige La cravache, une feuille à scandales qui lui sert à faire chanter des industriels ou des politiques. Il mène la grande vie, maîtresse, voiture, grands restaurants mais continue à occuper son appartement de la rue Delambre avec son fils. Cependant il s’est attaqué à trop gros et se retrouve abandonné de ses collaborateurs et très surveillé par la police. Il communique très peu avec son fils et le retrouve pendu dans sa chambre car il est renvoyé de son collège, sans doute à cause des occupations peu glorieuses de son père.

Simenon – Les quatre jours du pauvre homme – 1949