Faits divers

Comme je n’ai pas renouvelé ma carte de bibliothèque, je tape dans les livres qui reposent sur mes étagères et qui m’attendent depuis pas mal de temps. J’ai eu une belle surprise avec Edith Wharton mais on ne gagne pas  tous les coups et voilà deux livres dont on peut largement se passer. Heureusement, il s’agit de petits volumes qui ne prennent pas beaucoup plus qu’une soirée.

La bande à Suzanne

Deniau était un type assez sympathique, ancien homme politique qui a écrit des nouvelles intéressantes. On ne sait pas qui il faut blâmer le plus, de l’auteur qui se dévergonde en vieillissant ou de l’éditeur qui n’a pas su refuser un mauvais livre à un auteur…

Suzanne est une belle motarde qui pilote une Norton 500, elle entraîne dans son sillage une bande de jeunes à mobylette et à moto. Ils se retrouvent dans un terrain vague et doivent grimper les échelons de la bande par des épreuves. Pour rompre l’ennui, la bande se met à voler et surtout à tuer au hasard. Ce qui aurait pu être une quête anarcho-existentielle tourne à vide. L’histoire est racontée par Serge, un gitan qui entre dans la bande, devient l’amant de Suzanne et finit aux assises.

Jean-François Deniau – La bande à Suzanne – Stock 2000

Une maîtresse de trop

Pierrat est un des juristes chouchou de St Germain des Prés : avocat spécialisé en propriété intellectuelle, il grenouille avec les éditeurs, dirige une ou deux collections et publie quelques romans. Si toute son oeuvre est à l’image de ce livre, il faut crier haut et fort à l’escroquerie : sous couvert d’hommage à l’avocat Jacques Isorni, Pierrat reprend un de ses livres et se l’approprie…

Nous voila donc avec une histoire de meurtre, le coupable présumé est l’amant de la victime, repris de justice et amant d’une seconde femme. Ce n’est pas de la littérature, c’est Détective ! Que Isorni ait défendu son client et fait part de ses doutes, soit, c’est plutôt à son honneur ; qu’un baveux s’attire un peu de prestige en racontant (assez mal) les affaires de ses prédécesseurs est tout simplement pitoyable.

Emmanuel Pierrat – Une maîtresse de trop – Biro 2010

Une réflexion au sujet de « Faits divers »

Les commentaires sont fermés.