Le goût des pépins de pomme

Dès qu’un roman a un succès populaire, il devient aussitôt suspect… Je craignais que ce livre soit un roman sentimental ; mais non, c’est un petit roman attachant.

Iris Berger revient dans la maison familiale à l’occasion de l’enterrement de sa grand-mère. Elle y reste quelques jours et raconte les 3 générations de femmes qui y ont vécu. Ces souvenirs d’enfance sont marqués par un drame familial qui structure de récit, la mort de sa cousine Rosemarie.

Ce récit intimiste est marqué par des destins de femmes bien particuliers, la grand-mère qui perd la mémoire très tôt, la tante électrique, la cousine un peu extravagante… mais aussi par la rencontre avec Max, totalement pataud et que l’on devine très tôt amoureux.

Les descriptions du jardin, de la nature et des paysages de cette Allemagne du Nord sont très simples mais assez émouvantes et donnent un côté plus littéraire à ce livre.

Katharina Hagena – Le goût des pépins de pomme, traduit par Bernard KreissLivre de poche 2010