Asiles de fous

Jauffret - Asile de fousVoilà un bouquin qui attendait depuis 7 ans dans la pile « à lire » et qui va aller directement dans la pile « à dégager ». Le début de ce roman n’est pas mal, mais cela se gâte assez vite, je n’ai pas accroché à la duplication des récits, aux différents rôles que peuvent jouer chaque personnage. Ce qui aurait pu être une belle aventure formelle donne un brouillon magmatique.

Pourtant l’idée de base n’est pas mauvaise, nous plonger dans une drôle de famille et étudier leurs rapports. Tout commence par une rupture, et c’est le père de Damien qui annonce à Gisèle que son ami la quitte. Plusieurs séquences se suivent : le désespoir de la jeune femme, le récit de la mère du jeune homme, le point de vue de Damien et de son père. Mais chaque séquence est doublée, triplée, avec une personnalité différente pour le personnage. La fin du roman offre un clin d’œil pour bien préciser que c’est imaginaire, merci on avait compris.

N’allez pas chercher une interprétation psychanalytique, mais je trouve que c’est la mère qui est le plus réussie dans sa caricature de bourgeoise versaillaise frustrée et furieuse que ce soit son mari qui ait annoncé la rupture : elle veut se réconcilier avec sa bru pour pouvoir lui annoncer elle-même que le fiston la quitte…

Régis Jauffret – Asiles de fous – Gallimard 2005