Fantasio

Un vrai massacre ! Non, pas l’histoire de Fantasio, mais la mise en scène qui en est faite, et qui vient de faire l’objet d’une représentation à Chatenay !

Un décor pitoyable, des acteurs qui annonnent leur texte, que l’on entend pas dès qu’ils quittent le devant de la scène et qui ont l’air de l’idiot du village !

Fantasio prend la place du bouffon, alors tout est axé sur la bouffonerie, mais c’est très vite insupportable quand les autres personnages s’y mettent. Je vois bien le metteur en scène dire qu’il va faire du second degré, qu’il va montrer l’absurdité des situations, mais ce n’est pas la peine de faire piétiner ses acteurs et de les faire passer pour des bênets. Du coup je n’ai pas du tout accroché au texte de Musset et je suis sorti de cette représentation tout énervé !

Le seul qui s’en sortirait un peu mieux est le rôle de Fantasio, la princesse est bien faible, avec un diction à améliorer fortement et une voix à pousser.

Fantasio est un jeune bourgeois de Munich menacé de prison pour dettes. Au début de la pièce, il s’épanche auprès de son ami Spark et raconte son mal de vivre et la vacuité de ses sentiments. Il prend la place du bouffon qui vient de mourir et rencontre la princesse Elzbeth qui doit se marier au prince de Mantoue en gage de paix. Evidemment, le prince est un crétin et Fantasio tente de convaincre la princesse de suivre ses sentiments plutôt que de se sacrifier à la raison d’Etat. Fantasio se retrouve en prison pour avoir attenter à la dignité du prince et la princesse vient le libérer alors que le prince est parti.

Cette pièce fait appel à des ressorts de comédie : Fantasio en bouffon, le prince qui se travestit en prenant la place de son aide de camp, mais elle a un fond très grave, désespéré, et mérite une mise en scène sensible et intelligente, donc j’essaierai une autre fois !

En attendant, je vais relire Spirou pour retrouver un Fantasio qui fait réellement rire 😉 .

Fantasio, texte d’Alfred de Musset, massacre dû à Julia Vidit (mise en scène), produit par le Centre dramatique national de Thionville-Lorraine, avec Jean-Basptiste Verquin (Fantasio), Charlotte Corman (la princesse).