La naissance d’un pont

Kérangal Naissance d'un pontHé oui, ce roman, raconte l’histoire de la construction d’un pont ! Pas un vieux pont romain avec légendes endiablées, non juste un pont de béton tout à fait contemporain jeté au dessus d’un fleuve. Kérangal transforme cette histoire assez banale en épopée, je suis complètement séduit.

Le roman et assez universel, il se déroule en Californie mais pourrait être situé dans pas mal d’endroits de la planète. Quelques personnages et leurs péripéties donnent de la chair à l’histoire : Diderot, le chef de chantier ; Boa, le maire mégalomane ; Sanche, le grutier ; des types qui cherchent à sortir de leur misère ou rêvent d’aventures… mais le personnage principal est le pont et le paysage dans lequel il s’insère.

C’est avant tout le style de ce livre qui m’a captivé. Je suis sous le charme de cette écriture très belle, assez exigeante par moments, avec beaucoup d’énumérations, des périodes assez longues, des associations de mots surprenantes. A la lecture, les phrases ont une très belle musique. J’ai eu envie d’en lire certaines phrases à haute voix pour encore mieux apprécier leur souffle, leur puissance, j’ai pris plaisir à reprendre certains paragraphes qui sonnent comme des poèmes.

Maylis de Kérangal – La naissance d’un pont – Verticales 2010

Prix Médicis 2010

C’est le premier jour du pont, le premier matin. L’aube polaroïde. Les noirs qui s’éclairent et les blancs qui foncent, la pigmentation de tous les verts – fluo, émeraude, pistache, Véronèse, amande, anis, absinthe, turquoise, Hollywood chewing-gum, épinard et malachite, anglais, céladon – bientôt fixée sur la rétine, et le fleuve est là, souple, les plis clames, de longues herbes fluorescentes s’étalent en surface, des taillis dérivent, des bidons, des bouteilles : l’eau est laiteuse et sale.