Tous les articles par JMP

Crème cacao

Un petite crème toute simple, sans crème et sans chocolat.
Essai d’un jour de pénurie de crème (et oui, ça arrive avec le confinement) mais une grosse envie de dessert maison plutôt que de l’industriel. C’est un mix de ce que j’ai pu trouver sur internet.

Purun peu plus de gourmandise, on doit même pouvoir ajouter 1 ou 2 cuillerées de crème épaisse une fois la cuisson arrêtée (pas encore testé).

Ingrédients :

  • ½ litre de lait
  • 50 g de cacao
  • 50 g de sucre
  • 30 g de maïzena

Recette

  • Délayer la maïzena avec le sucre, le cacao et un peu de lait
  • Mettre le reste du lait dans une casserole, et porter à ébullition.
  • Quand le lait bout, ajouter le mélange cacao dans la casserole. Mélanger tout en laissant sur le feu.
  • Dès que la préparation commence à bouillir à nouveau, retirer du feu et repartir la crème dans les ramequins.

Miam ! Régalez-vous

Moelleux au citron

Une recette du blog Papilles et Pupilles, qui ne propose pourtant pas beaucoup de gâteaux. On dirait que j’ai une période citron

Moelleux citron
Moelleux au citron@Papilles et Pupilles

Ingrédients :
4 œufs
130 g de sucre
80 g de beurre
120 g de farine
1 sachet de levure chimique
Recette
Séparez les blancs des jaunes d’œufs.
Dans un saladier, battez les jaunes avec le sucre et le citron jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
Ajoutez le beurre fondu, la farine et la levure.
Battez les blancs en neige avec une pincée de sel et incorporez-les délicatement à la préparation. Répartissez la pâte dans un moule carré (20×20 cm) ou un moule à manqué 23 cm beurré et fariné.
Enfournez environ 25 minutes dans le four préchauffé à 180° (thermostat 6), chaleur tournante.
Laissez refroidir le gâteau et saupoudrez-le de sucre glace.

Cookies noisettes

Une recette de cookies ultra croustillants mais pas durs, un vrai régal. Le chocolat n’est pas indispensable ou alors il en fait un peu plus si vous voulez qu’il domine.

Cookies
Cookies noisettes @Dorian

Les biscuits choco-noisette Christelle par Dorian (pour comprendre clique sur la photo !)
Ingrédients :

  • 2 jaunes d’œufs
  • 90g de sucre en poudre
  • 90g de beurre mou
  • 120g de farine
  • ½ càc de levure chimique
  • 60g de poudre de noisette
  • 45g de pépites de chocolat

Fouettez ensemble dans un saladier les jaunes d’œufs et le sucre en poudre.
Ajoutez ensuite le beurre et mélangez-le, ajoutez la farine et la levure chimique et mélangez, la poudre de noisette et mélangez de nouveau et enfin les pépites de chocolat et mélangez encore.
Ensuite vous pouvez faire des boules de pâtes en format XL comme moi d’environ 50g ou encore une fois comme moi en version S de 20g. Quoi qu’il en soit une fois que vous avez choisi le bon poids roulez en boule, aplatissez dans la paume de vos mains puis déposez sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Un fois tout les biscuits prêts, enfournez dans un four préchauffé 180° pendant 12 à 15 minutes en surveillant la cuisson.
Laissez ensuite refroidir sur une grille avant de déguster.

J’ai fait l’option S, une cuillère à café par biscuit et on peut faire encore un peu plus petit

 

Gâteau à l’orange et graines de pavot

P Weeks - Cookies, muffins & CoUne recette du petit livre de Pascale Weeks consacré aux pâtisseries anglo-saxonnes, testée et appréciée en temps de confinement.

C’est un gâteau assez classique, la plupart des cakes aux graines de pavot sont au citron, celui-là change !

Gâteau à l’orange et graines de pavot

Ingrédients

175 g de beurre mou
150 g de sucre
4 oeufs
250 g de farine
1 sachet de levure
25 g de poudre d’amandes
1 pincée de sel
2 CS rase de graines de pavot
1 à 2 oranges

Recette

Préchauffer le four à 180°C, beurrer un moule de 23 cm de diamètre
Mélanger le beurre mou et le sucre jusqu’à ce que le mélange soit bien crémeux
Ajouter les oeufs 1 par 1 en mélangeant bien entre chaque ajout
Ajouter la farine, la levure, les amandes, le sel, le zeste d’oranges râpé et les graines de pavot et bien mélanger
Ajouter le jus d’1/2 orange et mélanger
Verser la pâte dans le moule et enfourner 45 minutes à 50 minutes, une lame de couteau insérée au centre doit ressortir sèche
Laisser refroidir 15 minutes et démouler sur une grille.

Commentaire

Avec le zeste de 2 oranges,le gâteau aura plus de goût

 

Cake au citron

Une recette de François-Régis Gaudry qui célèbre le citron de Menton.
Ça marche aussi avec le citron de Nice ! il faut bien sûr utiliser des citrons non traités, bien dodus, et ceux des bonnes régions (la Sicile ou la Campanie c’est bien aussi).

Cake au citron.

Ingrédients

  • 180 g de farine
  • 180 g de sucre semoule
  • 150 g de beurre
  • 4 œufs
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • Entre 3 et 4 citrons bio (de préférence des citrons de terroir, type Menton) selon leur teneur en jus
  • 100 g de sucre glace

Matériel

  • Un moule à cake

Recette

  • Préchauffer le four à 170°C.
  • Mélanger le beurre bien mou avec le sucre, à l’aide d’un fouet.
  • Ajouter les œufs un à un, en mélangeant à chaque fois.
  • Incorporer la farine, la levure et le zeste d’1 citron et demi. Bien mélanger.
  • Beurrer un moule et le fariner.
  • Enfourner pendant 50/55 minutes, en vérifiant bien la cuisson à l’aide de la lame d’un couteau. Celle-ci doit ressortir propre.
  • Pendant ce temps, presser les citrons et mélanger avec le sucre glace.
  • Sortir le gâteau du four et verser le mélange jus et sucre sur le cake encore dans son moule. Laisser le cake imbiber le jus et le démouler quand tout le jus a été absorbé.

Pain de Gênes à l’orange

Recette Prima, riche et avec une pointe d’amertume qui compense le sucre

Pain de Gênes à l'orange
Pain de Gênes à l’orange – variante Cuisine actuelle

Pain de Gênes à l’orange

Ingrédients :
2 grosses oranges bio
240 g sucre (60 + 180)
4 œufs
130 g beurre (fondu)
200 g poudre d’amandes
65 g farine

Recette
Découper dans la 1ère orange 8 tranches fines, zester la seconde et en extraire le jus.
Verser le jus dans une poêle, étaler les tranches d’orange et saupoudrer de 60 g de sucre
porter à ébulition et laisser frémir 3 minutes.
Battre les œufs avec les 180g de sucre, puis ajouter le beurre fondu et tiédi, la poudre d’amandes, la farine et le zeste d’orange. Bien mélanger.
Préchauffer le four à 180°C.
Disposer les tranches dans le fond d’un moule à manqué tapissé d’une feuille d papier cuisson (ou pas si moule en silicone) ; arroser de jus et recouvrir avec la pate (assez épaisse, elle va s’étaler à la cuisson).
Faire cuire 50 minutes, laisser tiédir avant de démouler. Déguster froid.
Commentaires
La recette originale préconise 3 oranges mais une est simplement zestée, autant la presser pour récupérer le jus

Petites crèmes au chocolat Alter Gusto

Et oui, encore une crème au chocolat trouvée sur le net !

Creme chocolat
Petites crèmes chocolat @AlterGusto

J’ai déjà posté la recette de « grand-mère » de Lindt et j’utilise très souvent celle de Sucrissime

La recette est pour 4 petites tasses, j’ai modifié pour caler sur le contenant habituel des pots de crème (25cl) et cela nous donne 8 petits ramequins, ou 6 grands…

Petites crèmes au chocolat Alter Gusto

Pour 4 pots – tasses à café
15 cl de crème entière liquide
15 cl de lait
120 g de chocolat noir pâtissier 65 %
Pour 6 ramequins
25 cl de crème entière liquide
25 cl de lait
200 g de chocolat noir pâtissier 65 %
Dans une casserole, faire chauffer le lait et la crème.
Retirer du feu, ajouter le chocolat et mélanger énergiquement jusqu’à ce qu’il soit fondu et incorporé.
Remettre sur le feu et porter à frémissement. Pas à gros bouillon, la crème doit juste blobloter un peu.
Cuire à feu moyen 2 à 3 minutes en remuant sans cesse. Cette étape est nécessaire pour épaissir la crème.
Verser dans les tasses, laisser refroidir et entreposer au réfrigérateur au moins 3 heures.

Pas mal d’autres recettes au chocolat, gâteaux et crèmes ici : [clic].

Crèmes au café

Recette Carte Noire, très goûteuse et avec un bonne texture
J’ai fait la moitié ce qui m’a permis de faire 6 petits ramequins

Crème café
Petite crème café @Carte noire

Adopté ! et la recette est là

Ingrédients :
1 litre de lait froid
20 cl de crème liquide
30 g de café instantané
150 g de sucre en poudre
65 g de fécule de maïs
Recette
Mélangez dans une casserole (hors du feu pour le moment) la fécule de maïs, les 30 grammes de café soluble et le sucre en poudre.
A l’aide de votre fouet, délayez ce mélange avec le lait froid.
Mettez la casserole sur le feu et portez le tout à ébullition.
Baissez le feu puis, laissez épaissir en remuant constamment, jusqu’à obtenir la consistance crémeuse que vous préférez pour retrouver la crème dessert de votre enfance.
Sortez du feu, incorporez la crème en mélangeant délicatement avec votre fouet. Puis, versez dans vos ramequins ou vos verrines.
Laissez refroidir puis placez au frigo quelques heures.
Commentaires
Recouvrez chaque portion avec du film alimentaire. Faites en sorte que le film soit bien au contact de votre crème, pour éviter que la surface épaississe et durcisse (vous le retirerez avant de servir).

Tarte au chocolat

petit manuel dela tartePâques approche, normalement, on partage du chocolat, je vais le faire en virtuel !
Cette recette est proposée par le Petit manuel de la tarte de Mélanie Dupuis paru chez Marabout.

Ce livre nous propose des tartes originales et sophistiquées fort bien expliquées. Le livre commence par des conseils techniques et des éléments de base qui seront utilisées dans les différentes recettes proposées.

On commence par une très bonne tarte au chocolat. C’est une recette qui utilise beaucoup de chocolat au lait, et si vous prenez un bon chocolat au lait vous aurez un dessert qui tient ses promesses. Mon chocolat au lait est le Valrhona Lait Jivara, goûtu et pas trop sucré, et pour le chocolat noir, je prends du Varhona Noir Caraïbe (il y a régulièrement des offres sur Veepee, ex vente-privée).

et bien sûr je partage la recette

Tarte au chocolat au lait

Ingrédients :
Pâte sucrée à la noisette
115 g de beurre
70 g de sucre glace
50 g de poudre de noisettes
1 pincée de sel
165 g de farine
50 g d’oeuf (1)
Glaçage chocolat
250 g de chocolat au lait
90 g de chocolat noir
225 g de crème liquide entière
40 g de trimoline (ou miel d’acacia)
Mousse au chocolat
60 g de crème liquide entière
60 g de lait
30 g de jaune d’oeufs (2)
15 g de sucre
275 g de chocolat au lait
Crumble chocolat
50 g de beurre
50 g de sucre
50 g de farine
50 g de poudre de noisettes
100 g de chocolat noir
Décor
20 g de chocolat au lait
Matériel
2 Cercles à entremet 22 cm
Cercle à tarte 24 cm
Thermomètre
Chalumeau

Recette

Préparer la mousse au chocolat : base de crème anglaise, ajouter le chocolat en fin de cuisson. Laisser tiédir un peu et incorporer la crème fouettée
Filmer un côté d’un cercle à entremet de 22 cm, y couler la mousse et mettre au congélateur pour 6h minimum
Préparer la pâte sucrée : crèmer le beurre te e sucre, ajouter l’oeuf et le sel, puis la farine et la poudre de noisettes, mélanger juste ce qu’il faut pour obtenir une pâte homogène . Filmer et laisser reposer au frais au moins 6h
Étaler la pâte et découper dedans un disque de 24 cm et réserver 1 heure au congélateur.
Préchauffer le four à 160° et cuire 20 à 30 minutes, il doit être légèrement doré.
Confectionner le glaçage chocolat : faire fondre le chocolat au bain-marie, faire chauffer la crème et e mile et verser sur le chocolat fondu, fouetter pour mélanger, chinoiser. Laisser tiédir à 35°-40° pour pouvoir l’utiliser
Préparer le crumble chocolat : mélanger les poudres et le beurre pour obtenir des petites boules de pâte, étaler le préparation en couche assez fine sur une plaque recouverte de papier sulfu, enfourner dans four préchauffé à 170°C pendant 15 à 20 minutes en mélangeant de temps en temps. Sortir le crumble quand il uniformément doré. Mélanger au chocolat fondu
Montage
Centrer le cercle à entremet sur le disque de pâte, disposer le crumble dedans et lisser le dessus, sans tasser. Laisser prendre au réfrigérateur 20 à 30 minutes.
Démouler le disque de mousse : enlever le film et chauffer légèrement les bord du cercle au chalumeau.
Verser le glaçage sur tout le palet, en commençant par l’extérieur, lisser rapidement la surface avec une palette, puis mettre 15 minutes a congélateur.
Positionner le disque sur le crumble et réserver au moins 6 heures pour décongélation
(Râper le chocolat au lait sur la tarte pour le décor)
Commentaires
J-1 : palet de mousse au chcolat – pâte sucrée – crumble
J : fonçage et cuisson de la pâte sucrée – finition du crumble – glaçage chocolat – finition

Krantz

Cette recette a fait tilt lors d’une diffusion de l’émission On va déguster consacrée au chef israélien Yotam Ottolenghi. Depuis, je n’arrête pas d’entendre parler ou de voir des recettes de krantz ou de babka, l’autre nom de cette brioche fourrée au chocolat.

La recette d’Ottololenghi est pour 2 brioches, j’ai modifié en m’inspirant aussi de celle de Mercotte. Toujours est-il que cette recette donne une brioche pas trop grasse bien mise en valeur avec sa garniture au chocolat.

Krantz ou Babka

D'après les recettes de Yottam Ottolenghi et Mercotte

Type de plat Boulange, Dessert
Cuisine Pâtisserie
Mots-clés Brioche, Chocolat
Préparation 20 minutes
Cuisson 25 minutes
Repos 12 heures
Temps total 12 heures 45 minutes

Ingrédients

Brioche

  • 265 g de farine
  • 50 g de sucre
  • 5 g de levure de boulanger déshydratée
  • 2 oeufs
  • 6 cl d’eau
  • ½ cc de sel
  • 75 g de beurre doux mou coupé en morceaux

Fourrage chocolat

  • 25 g de sucre glace
  • 15 g de caccao en pudre
  • 65 g de chocolat noir patissier
  • 60 g de beurre doux
  • 50 g noix de pécan ou noisettes (en poudre)
  • 1 CS sucre

Sirop

  • 8 cl d’eau 16cl
  • 130 g de suce 260g

Instructions

Pâte

  1. Dans la cuve du robot équipé du crochet, mélanger la farine, le sucre, la levure émiettée. Ajouter les œufs un à un puis l’eau. Laisser tourner à vitesse lente pour avoir un appareil homogène. Ajouter le sel et le beurre petit à petit toujours à vitesse lente jusqu’à complète incorporation.

  2. Pétrir ensuite à vitesse moyenne une dizaine de minutes, la pâte doit devenir lisse et brillante. Racler de temps en temps les bords de la cuve pour faciliter le pétrissage et aider la pâte à se détacher. Fariner un cul de poule, y déposer le pâton et le laisser pousser dans le four chauffé à 30° pendant une vingtaine de minutes, la pâte doit doubler de volume. Dégazer puis mettre le pâton quelques minutes au congélateur pour le refroidir ou si vous n’êtes pas pressés une nuit au réfrigérateur (Ottologenhi laisse pousser 1 nuit au frigo).

Garniture

  1. Faire fondre le chocolat au bain-marie, ajouter le beurre et mélanger pour avoir un appareil bien lisse. Incorporer ensuite le sucre et la poudre de cacao. L’appareil doit avoir la consistance d’une pâte à tartiner.

Sirop

  1. Porter lentement l’eau et le sucre à ébullition puis laisser refroidir.

Mise en forme

  1. Graisser le moule et recouvrir le fond d’un rectangle de papier cuisson.

  2. Fleurer le plan de travail et étaler la pâte en un rectangle de 40 cm x 30 cm.

  3. Étaler la garniture chocolat sur la pâte en laissant un bord de 3 cm tout autour de la pâte. A l’aide d’un pinceau humidifier à l’eau le bord du rectangle le plus éloigné.

    Rouler la pâte en un long boudin bien serré, le coller avec le côté mouillé.

  4. Couper en deux le boudin dans la longueur et poser les deux demis-cylindres obtenus côte à côte, cotés coupés vers le haut.

    Tresser les deux branches en essayant de garder le côté coupé vers le haut.

  5. Poser délicatement la tresse dans le moule et laisser à nouveau pousser au four à 30°pendant 25 à 30 min.

Cuisson

  1. La cuisson : préchauffer le four à 170/180° et cuire 25 à 30 minutes. On doit obtenir une belle couleur brune et dorée.

  2. Badigeonner de sirop à la sortie du four, laisser refroidir et démouler.

Notes

Option : ajouter 5g de zestes d’orange, remplacer les noix de pécan par de la noisette (en poudre c’est bien )
Une autre garniture est possible pour cette brioche (d'après Ottolenghi) : Badigeonnez la pâte avec 80g de beurre fondu, puis saupoudrez-la avec un mélange de 120 g de sucre muscovado, et 1,5 tablespoon de cannelle. Ajoutez également les 50 g de noix de pécan.

Tracts de crise

TractsLa peste, le choléra, la pandémie coronavirus fait référence aux grands fléaux de l’Histoire. Beaucoup évoquent Camus et La Peste ; d’autres plus rares, évoquent Le hussard sur le toit de Giono ou Malevil de Robert Merle. Je n’ai entendu personne parler du Juif errant et encore moins de Huis clos et de son fameux « l’enfer, c’est les autres ».
Personnellement, je n’ai pas envie de me plonger dans des récits apocalyptiques ; cependant, cette crise sanitaire et économique montre les limites et les absurdités de notre système et il n’est pas inutile d’y réfléchir.

C’est là que la collection Tracts publiée par Gallimard, une collection de petits textes, trouve son utilité. Pour la durée du confinement, les nouveaux textes sont gratuits. On peut télécharger ceux qui sont déjà parus et c’est tout simple de s’inscrire pour recevoir un courriel quotidien qui donne accès aux fichiers des nouvelles parutions, en format ePub ou PDF. Du coup, je découvre aussi que la lecture sur tablette est agréable !

Certains Tracts sont assez politiques, d’autres plus  littéraires; ces textes sont beaucoup plus intéressants que les journaux de confinement qui fleurissent un peu partout. J’ai particulièrement apprécié :

  • Johann Chapoutot, Pathologies sociales ;
  • Annie Ernaux, Monsieur le Président ;
  • Didier Daeninckx, On a cru te perdre ;
  • Philippe Videlier, Lettre d’Italie ;
  • François-Henri Désérable, Tout est déjà dans les livres ;
  • Alexandre Postel, Un texte nécessaire 
    et la liste n’est malheureusement pas terminée…

L’aveuglement odieux de ceux qui détruisent l’Etat, qui méprisent ses fonctionnaires, tous ceux qui dénonçaient la « gestion » et le « management » du « nouveau monde », tous ceux qui, comme les infirmières et les médecins gazés en manifestation disaient « Vous comptez les sous, on comptera les morts », se paye au prix fort. Cette pandémie est le crash-test du néolibéralisme qui atomise les individus, érige l’argent en seule valeur, raisonne en masses […] et en statistiques, et n’a su opposer aux lanceurs d’alerte, aux militants et aux syndicalistes que la violence d’un État dépouillé en amont et réduit, en aval, à la seule répression policière.
Johann Chapoutot

Kannelbullar, roulés à la cannelle

Je me suis régalé à Stockholm de ces petits pains à la cannelle que l’on trouve partout. Une petite recherche sur Qwant* m’a orienté vers des recettes diverses et variées, la plupart choisissant un façonnage en escargot,simple roulés à la cannelle.

Encore une fois, le blog Un déjeuner de soleil m’a fourni une recette qui me convient, je l’ai à peine modifiée.

J’ai même trouvé un tuto pour rouler joliment ces petit pains mais les simples roulés sont bien aussi !

*Je préfère ce moteur de recherche français sans trackers à celui de la société américaine, le G de gafam, qui ne paye pas d’impôts.

Kanelbullar - Roulés à la cannelle

D'après recette Un déjeuner de soleil

Type de plat Boulange, Dessert
Cuisine Pâtisserie
Mots-clés Cannelle
Préparation 30 minutes
Cuisson 12 minutes
Repos 3 heures
Temps total 3 heures 42 minutes
Portions 12 pièces

Ingrédients

  • 260 g de farine pour pain ou brioche
  • 10 cl de lait frais entier
  • 2 oeufs entiers , 100-120 g sans la coquille – 70g pour la brioche, le reste pour la dorure
  • 40 g de sucre semoule ou de canne blond
  • 40 g de beurre mou
  • 4 g de levure de boulanger sèche ou 10-12 fraîches
  • 2 CS cannelle en poudre et de cardamome en poudre + un peu pour la pâte
  • une pincée de sel

Garniture

  • 40 g de beurre mou
  • 40 g de sucre

Instructions

  1. Fouetter les oeufs, peser 70 g environ et garder le reste à part pour badigeonner (couvrir de film alimentaire et garder au frais)
  2. Dans la cuve d’un robot, mélanger la farine avec la levure et 40 g de sucre. Ajouter le lait, le sel, une belle pincée de cannelle et une pincée de cardamome. Ajouter 70 g d’oeuf et commencer à travailler la pâte jusqu’à ce qu’elle devienne souple, homogène et se détache des parois (elle sera un peu molle c’est normal). Il faudra 5 à 10 minutes.
  3. Toujours en travaillant (avec le crochet si on a un robot) ajouter 40 g de beurre en deux fois en ayant soin de n’ajouter la deuxième dose que lorsque la première est bien absorbée,
  4. Former une boule, couvrir le récipient de film alimentaire et laisser lever une heure environ dans un endroit tiède-chaud (dans l’idéal autour de 25°C) jusqu’à ce que la pâte double de volume.
  5. L’écraser ensuite sur un plan de travail et la mettre une dizaine de minutes au frais (cela facilitera la façonnage c’est à dire la mise en forme).
  6. Étaler la pâte en rectangle sur 1/2 cm d’épaisseur sur un plan de travail légèrement fariné. Étaler le beurre mou (sans trop appuyer) sur toute la surface en laissant un bord de 1 cm (ce ne sera pas complètement couvert). Parsemer du reste de sucre et des épices.
  7. Replier la pâte en trois en portefeuille, c’est à dire en pliant d’abord d’un côté à 1/3 de la surface puis en repliant l’autre côté dessus. Étaler légèrement à nouveau au rouleau puis couper dans le sens de la largeur en tranches fines de 1 cm environ. Les enrouler ensuite autour de deux doigts de la main (index et majeur) ou réaliser des escargots ou des noeuds.
  8. Poser les brioches sur une plaque recouverte de papier cuisson. Mettre dans le four éteint pendant une heure environ, elles doivent gonfler, augmenter de volume sans pour autant doubler.
  9. Sortir du four et badigeonner la surface du reste de l’oeuf passé dans une passoire (ce petit truc va donner une belle homogénéité). Préchauffer le four à 180°C.
  10. Enfourner pendant 12 à 15 minutes. Les brioches doivent dorer, cuire en dessous mais pas trop colorer. Déguster chaud ou tiède

Contre Amazon

Jorge Carriòn – Contre Amazon, 1 manifeste, 7 raisons, traduit par Mikaël Gómez Guthart – Le nouvel Attila 2019.

En ces temps de confinement, on a un peu plus de temps pour  lire, et j’applaudis l’initiative du site e-Dantès (que je découvre) relevée par ActuaLitté : un pack gratuit de livre numériques ou audio grâce à l’opération confinementlecture.com.

Il suffit de s’inscrire pour recevoir une série de packs de livres numériques. Le fichier est à dézipper sur un ordi et ensuite les livres numériques (format epub ou mobi) peuvent être lus sur la liseuse ou la tablette de votre choix. Le choix est assez varié, policier, fantasy, romance ou développement personnel. J’ai surtout repéré ce petit manifeste qui conforte ce que je pense.

Amazon se gave en ce moment au détriment de la santé et des règles de protection de ses salariés (on ne peut pas se refaire). Après avoir fait très peur aux libraires fermés par obligation,  Amazon a relégué le livre en produit non-prioritaire et annonce maintenant des délais de livraison de 6 semaines. N’allez pas croire que cette société sans foi ni loi soit devenue altruiste, elle privilégie simplement des produits à forte marge, ce que n’est pas le livre, comme les libraires le savent à leur dépens. Aussi ce petit livre fait vraiment plaisir.

Ce texte de 24 pages a été diffusé en avant-première aux Rencontres nationales de la Librairie, en partenariat avec le SLF, le 1er juillet 2019 à Marseille. Il rappelle intelligemment les critères qui ont structuré la société devenue un géant du net, loin du libraire qu’il se vante parfois d’être.

Amazon n’est pas d’une librairie mais un supermarché

Amazon n’expose que les 5 000 titres les plus vendus et demandés par leurs clients, on est bien loin des quantités et du risque caractéristiques des véritables librairies.

Chez Amazon, il n’y a pas de libraires. La prescription humaine a été éliminée parce que inefficace. Elle sabotait la rapidité, seule valeur de l’entreprise.

J’avais déjà mis un lien vers un documentaire sur Amazon dans un précédent billet.

Tim Willocks

Tout a commencé avec une chronique de Juliette Arnaud dans l’émission Par Jupiter qui m’a donné envie de lire La mort selon Turner de Tim Willocks.

Tim Willocks – La mort selon Turner, traduit par Benjamin Legrand – Sonatine 2018
Un excellent thriller avec un héros, policier noir seul contre tous et qui ne lâche rien. Sa motivation est de faire respecter la loi, quitte à se battre contre des puissants pour une anonyme.

Ce roman m’a énormément plu, j’ai regardé ce que cet auteur avait fait d’autre et j’ai découvert qu’il avait publié un best-seller, noté par ailleurs dans ma liste « A lire. »
Tim Willocks – La religion, traduit par Benjamin Legrand – Pocket (Sonatine) 2006
Ce gros pavé nous fait vivre le Grand siège de Malte en 1565, « La religion » étant le nom que se donne l’ordre de Malte. Le personnage principal de ce roman est Mattias Tannhauser, ancien janissaire, commerçant-trafiquant, entraîné dans cette histoire par la belle Carla. Il va rapidement devenir un élément essentiel de la défense de l’île pendant que l’Inquisition joue un drôle de jeu.
Les scènes de bataille sont proprement hallucinantes et le récit est parfaitement maîtrisé, alternant l’aventure, le guerre, le romantisme et la fourberie. J’ai dévoré ce livre, incapable de le lâcher.

Il n’existait rien de plus irrésistible que l’héroïsme -pas même la débauche-

Tim Willocks – Douze enfants de Paris, traduit par Benjamin Legrand  – Sonatine 2014.
Ce deuxième volet des aventures de Tannhauser se déroule quelques années plus tard à Paris. Mattias doit rejoindre Carla, à la veille d’accoucher, qui a été appelée à la Cour pour jouer de la viole lors du mariage d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois.
Arrivant la veille de la Saint Barthélémy, sans savoir où est Carla, Tannhauser ne va pas se laisser marcher sur les pieds…. Au bout de quelques pages, on arrête de compter les morts, certaines scènes sont du Grand Guignol, mais l’histoire est bien menée, quoique plus caricaturale que La Religion. Des complots, des méchants bien veules, des âmes simples à sauver et bien sûr la quête de la personne aimée, tout y est pour faire un bon gros « page-turner » qui se laisse lire.